Warning: Use of undefined constant MCRYPT_RIJNDAEL_128 - assumed 'MCRYPT_RIJNDAEL_128' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /var/www/dessinoriginal.com/classes/Rijndael.php on line 124
Le dessin au XXe siècle - Expositions en régions- DessinOriginal.com

Le dessin au XXe siècle

Invention et transgression au Musée des Beaux-arts de Besançon ( du 27 avril au 27 août 2007)

Publié le lundi 21 mai 2007



L'exposition présente une sélection de plus de 135 dessins majeurs issus du Cabinet d'art graphique du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne. De Picasso à Sylvia Bächli en passant par Max Ernst, Henri Matisse, Louise Bourgeois ou Raymond Hains.


Cette présentation est une occasion unique, d'aborder, avec des artistes majeurs, la question du dessin au XXe siècle.

DessinXX.jpgEn rupture avec ce qui avait prévalu jusqu'alors, le XXe siècle s'ouvre sur de nouveaux territoires de création, par l'utilisation de divers matériaux, le dessin sort de son champ traditionnel. Une façon de rendre compte de l'extraordinaire vitalité de l'expression graphique, depuis l'invention des collages, assemblages, dadaïstes et surréalistes, jusqu'aux pratiques actuelles du dessin.

" Le dessin - faut-il encore y insister - n'a plus seulement fonction d'étude, d'esquisse ou d'exercice préalable, il est devenu une aventure à part entière : spontanéité, pur plaisir de livrer une émotion, une idée, une sensation ; un moment d'innocence et, à vrai dire, de grande liberté. Le papier, qu'il soit papier Arche, papier Ingres, papier Japon, papier calque, papier kraft, carton... permet cette mobilité, cette légèreté. Plus encore : il semble que l'acte de création y soit moins intimidant qu'ailleurs. Il est certain que le « dessin », ou plutôt le travail sur papier et du papier (car le plus simple et le moins onéreux), a joué le rôle de grand expérimentateur, qu'il a constitué un véritable champ d'investigation. Que serait le cubisme sans le papier collé, et le surréalisme sans le collage ou les procédures
« automatiques » du frottage et de la décalcomanie ? Et le minimalisme abstrait américain sans les gouaches découpées
de Matisse?..." Extrait de la préface du catalogue de l'exposition par Claude Schweisguth, conservateur au Cabinet d'art graphique, Centre Pompidou.

Les oeuvres exposées ont été réparties autour de 6 sections, chacune d'entre elles comprend quelques oeuvres historiques qui font référence aux grands mouvements artistiques du siècle pour se continuer jusqu'à la période contemporaine.

Le collage : le papier collé, le papier découpé, le photomontage ... C'est la section la plus importante puisque le collage à lui seul a suscité presque tous les changements qui se sont produits dans l'art du XXe siècle.
On y trouve des papiers collés de Picasso, de Juan Gris, de Laurens, trois papiers découpés de la série Jazz de
Matisse... On verra ensuite un choix d'oeuvres dada et surréalistes avec les collages de la femme à 100 têtes de Max Ernst, des cadavres exquis, un photomontage de Hanna Höch, puis en avançant vers le contemporain, des photomontages à tendance pop de Erró ou de Spoerri, des découpages à la limite de l'abstrait de R. Hains, Jiri Kolar ou François Rouan... On y découvrira aussi des oeuvres peu connues de Martial Raysse ou Dado.

L'empreinte : le frottage, le décalcomanie, le monotype, l'estampage, le tampon, le gommage... L'empreinte et le frottage souvent ont été aussi très utilisés par les artistes du XXe siècle, soit pour trouver de nouvelles images, soit pour les occulter comme dans l'informel. On retrouve à nouveau un parcours divisé entre oeuvres plus historiques avec les frottages de Miró, de Max Ernst, de Fautrier, de Michaux, les estampages d'Alechinsky... et plus contemporaines avec les empreintes de corde de Viallat, les tampons d'Arman et les gommages de Richter...

Maltraiter : brûler, perforer, froisser, déchirer, gratter... Ce ne sont pas seulement les techniques du dessin qui changent mais aussi les façons dont on traite le support papier, il devient comme un corps vivant. Fontana perfore, Bryen enfume, Dubuffet gratte, Miró froisse... Barceló laisse le papier mangé par les termites, Adriena Simotová, grande artiste tchèque, que l'on encore peu vue, déchire arrache...

Tacher : diluer, pulvériser... La tache comme procédé de création a toujours existé, comme on le sait, dans l'histoire de l'art, mais dans l'art du XXe siècle, elle existe presque pour elle même, crée un nouvel espace comme on le voit notamment dans l'oeuvre de Michaux et de Rainer ou plus récemment Sigmar Polke ou Pierrette Bloch, grande artiste de l'encre. Rachel Whiteread dilue et étale du fluide correcteur sur toute la surface du papier. Quant à Bernard Moninot, il dessine sur du verre avec un pigment bleu des formes cosmiques.

Écritures de rue : mots, tags, graffitis... Le dessin a toujours eu partie liée avec l'écriture comme le montrent entre autres dada, Schwitters ou les dessins de
Miró... Il est aussi intéressant de voir comment avec l'utilisation du marqueur, Dubuffet, dès les années 60 crée des images très proches de tags ou des graffitis actuels, ouvrant cette exposition à un public plus jeune. Quant à Basquiat il est évident que la rue fut son école.

Le dessin hors limites . Avec Pierrette Bloch le dessin n'est qu'une seule ligne mais elle peut prendre tout le mur. Quant à Silvia Bächli, elle fait éclater les limites du dessin en l'installant par fragments sur le mur.
Pour Philippe Demontaut, c'est la vidéo qui sert de support au dessin puisqu'il dessine lui-même les décors de « Jean Maurice crève l'écran ».

Commissaire d'exposition : Claude Schweisguth, conservateur au Cabinet d'art graphique, Centre Pompidou.

Musée des Beaux-arts et d'Archéologie de Besançon (27 avril - 27 août 2007), 1 place de la Révolution (place du marché) - Besançon. Ouvert tous les jours sauf le mardi, les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre
de 9h30 à 12h et de 14h à 18h. Le samedi et dimanche : 9h30 - 18h. Gratuité tous les dimanches et les jours fériés, tarif réduit le samedi de 14h à 18h.

VitamineD_vig.jpgAutre publication conseillée : Vitamine D, nouvelles perspectives en dessin aux éditions Phaïdon - Vitamine D présente les oeuvres de 109 artistes, classés de A à Z, apparus sur la scène internationale depuis 1990 et pour lesquels le dessin est un moyen d'expression artistique privilégié.


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions en régions

Voir tous les articles de la rubrique Expositions en régions

Vos annonces
Mots clés