Lettre d'information

Prix réduit Alfred Stevens (1823-1906)

Alfred Stevens (1823-1906)

Alfred Stevens - Editions Brame & Lorenceau - Reliure pleine toile brique, jaquette illustrée - 222 pages - Textes en Français - Publié en 2006

" Plus une chose est belle et distinguée, plus elle est difficile à peindre. " Alfred Stevens, Bruxelles, 1823 - Paris, 1906.

3 articles en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

29,00 €

-55%

64,45 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782951015678
Artiste-Genre Alfred Stevens
Auteur(s) Christiane Lefebvre
Editeur(s) Brame & Lorenceau
Format Reliure pleine toile brique, jaquette illustrée
Nb. de pages 222
Langue Français
Dimensions 300 x 248
Date parution 2006
Musée Galerie Brame & Lorenceau

Français d'esprit et d'adoption, mais belge de coeur et de nationalité, Alfred Stevens a pâti d'être un ''peintre sans frontière'', tour à tour réclamé ou regretté, adulé ou mal aimé, en définitive un transplanté mal connu. Et pourtant, pas une seule biographie sur Manet, Baudelaire, Degas ou Berthe Morisot, qui ne fasse référence à ce peintre belge, leur ami, ''féru de modernité'', et qui ne laisse entrevoir son ascendant, acquis par un prodigieux métier et une enviable renommée internationale.

Construit à partir de la correspondance entretenue par Stevens avec ses frêres Joseph, peintre animalier, et Arthur, critique d'art et marchand de tableaux, ainsi que de témoignages, de photographies d'époque, de catalogues de ventes publiques, d'expositions, et de livres de compte de marchands, le présent ouvrage est émaillé de nombreuses illustrations.

Il retrace la vie et la carrière de celui dont les amis appréciaient la gaieté, la bienveillance et la robustesse, dont les détracteurs brocardaient la fatuité et le goût immodéré pour les honneurs, celui qui était surnommé avec humour : ''le lion belge''.

Le catalogue propose une riche iconographie, bien mise en page, tout au long des onze chapitres de cette brillante monographie - 217 reproductions (25 à fond perdu), photographies et documents.

- Généalogie (1 figure)
- Chronologie (16 figures)
- Principales expositions
- Bibliographie
- Index des œuvres et des documents

Signalons Alfred Stevens dans son atelier par le photographe Dornac, ainsi que Portrait d'Aldred Stevens par Henri Gervex (c. 1884) et Portrait du peintre Alfred Stevens par Gustave Courbet (1861).

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus