Albert Bartholomé (1848-1928). La redécouverte d'un grand sculpteur

Albert Bartholomé - Editions Arthena - Ouvrage relié - 360 pages - Textes en Français

Célèbre de son vivant, encensé par une critique unanime pour son Monument aux morts au cimetière du Père-Lachaise, Grand Prix de sculpture de l’Exposition universelle de 1900, Albert Bartholomé atteint une renommée internationale presque équivalente à celle d’Auguste Rodin.

110,00 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Ajouter à mes favoris

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis

Noter / écrire un commentaire
Référence LIV_9782903239572
Artiste-Genre Albert Bartholomé
Auteur(s) Thérèse Burollet
Editeur(s) Arthena
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 360
Langue Français
Dimensions 320 x 240
Technique(s) Pres de 600 illustrations
Date parution 2017

Peintre naturaliste, ami intime de Degas, Bartholomé se tourne vers la sculpture à la mort de son épouse Prospérie de Fleury ; au cimetière de Bouillant, à Crépy-en-Valois, il réalise pour sa tombe un monument en bronze d’une intense force dramatique.

Bustes de ses amis, nus délicats et groupe en marbre (Adam et Ève du musée de l’Ermitage), baigneuses épanouies et portraits en buste inspirés par Florence, son jeune modèle devenu sa seconde épouse, alterneront par la suite dans un style simplifié annonciateur de la sculpture des années 1920.

En 1912, son Monument à Jean-Jacques Rousseau pour le Panthéon reçoit les louanges de la critique. L’État lui commandera la création de la Croix de guerre en 1915 et il réalisera des monuments aux morts de la Grande Guerre particulièrement émouvants.

La redécouverte de l’oeuvre d’Albert Bartholomé, tombé dans un oubli aussi profond qu’injuste, nous révèle « qu’on doit désormais compter avec ce grand sculpteur et qu’on devrait peut-être voir en lui, dans l’essence même de son art, le seul et le véritable rival de Rodin » (Jacques de Caso).

Près de 600 illustrations.

L'auteur : Conservateur général du patrimoine, Thérèse Burollet a été successivement conservateur au musée d’Art moderne de la Ville de Paris (1961-1966), directeur du musée Cognacq-Jay à Paris (1967-1988) et directeur du musée du Petit-Palais (1983-1998).

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus