Lettre d'information

L'académisme et ses fantasmes, le réalisme imaginaire de Charles Gleyre

Charles Gleyre - Editions Minuit - Ouvrage broché - 168 pages - Textes en Français - Publié en 1981, réédition 2016

"Nous avons coutume d’envisager la production académique comme une « peinture à sujets », idéologique par son contenu, transparente quant à sa forme. Il est vrai qu’elle affecte une exactitude photographique. Mais la photographie ne s’est-elle pas réglée d’emblée sur des normes académiques de représentation ?"

Expédié sous 3 à 6 jours

16,11 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782707303189
Artiste-Genre Charles Gleyre
Auteur(s) Michel Thévoz
Editeur(s) Minuit
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 168
Langue Français
Dimensions 20 x 168
Date parution 1981, réédition 2016

"Pour prévenir toute pétition de principe sur une objectivité décidément introuvable, il convient de renverser la perspective, et d’envisager l’« effet de réel » lui-même comme le grand fantasme idéologique de notre culture. Rien n’échappe à l’impérialisme de la visibilité spéculaire. Ainsi, on parle de peinture « littéraire » à propos de l’académisme, dans le temps même où des analyses sémiologiques établissent que le code de référence de la littérature réaliste est toujours pictural. Cette présomption mutuelle d’objectivité que les arts plastiques et la littérature s’offrent tautologiquement procède effectivement d’un système de récurrence généralisée constitutif du mirage réaliste. La peinture académique peut être alors interrogée comme le paradigme grossissant de ce dispositif spéculaire - ce que tente ce livre, à propos du peintre Charles Gleyre. Son tableau Les illusions perdues, mettant en scène les rêveries d’un poète aveugle, a bouleversé le public du Salon de 1843. La cécité hystérique de Gleyre lui-même, dont les tableaux apparaissent comme autant de fantasmes substitutifs, traduit électivement ce qu’avec Sartre on pourrait appeler une « névrose objective »."

> Exposition Charles Gleyre au musée d’Orsay (10 mai au 11 septembre 2016).

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus