Lettre d'information

Gustave Caillebotte - Impressionniste et moderne

Gustave Caillebotte - Editions Fondation Pierre Gianadda - Ouvrage broché - 303 pages - Textes en Français - Publié en 2021

Cet hommage à Gustave Caillebotte, en forme de rétrospective, réunit quelque 90 toiles peintes entre 1870 et 1894. Cette sélection souligne l’audace et la dualité picturale de l’impressionniste parisien le plus secret, disparu prématurément à l’âge de 45 ans en laissant un corpus d’œuvres de moins de cinq cents toiles.

1 article en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

30,81 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782884431705
Artiste-Genre Gustave Caillebotte
Auteur(s) Daniel Marchesseau
Editeur(s) Fondation Pierre Gianadda
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 303
Langue Français
Dimensions 240 x 220
Date parution 2021
Musée Fondation Pierre Gianadda, Suisse

Catalogue de l'exposition Gustave Caillebotte. Impressionniste et moderne, présentée à la Fondation Pierre Gianadda, Suisse (19 juin - 22 novembre 2021).

L’art de Gustave Caillebotte est d’abord un témoignage des  métamorphoses  de l’art de vivre dans la capitale tel que l’avait projeté le baron Haussmann dès 1855. Après les sombres années 1870-1871 qui ont blessé au cœur les Français subissant l’occupation prussienne,la défaite de Sedan suivie de l’exil de Napoléon III, l’abandon dramatique  de l’Alsace et de la Lorraine, puis les sanglantes journées de la Commune, l’artiste rejoint ses camarades dans un idéal pictural neuf, l’impressionnisme.

Le peintre, avec une audace incontestée, participe alors à l’évolution de son temps vers une modernité radicale. Il se  distingue par quelques toiles emblématiques qui manifestent un  génie français propre: Les raboteurs de parquet (Orsay), Le pont de l’Europe (Petit Palais, Genève). Il explore des perspectives inattendues et brosse des vues plongeantes «d’en haut» sur de nouvelles grandes artères parisiennes. Il capte des scènes de la vie moderne bourgeoise (carcasse) et, non sans un certain réalisme issu de la palette de Manet, l’âpre milieu ouvrier (Les peintres en bâtiment).

Jeune - il a vingt-cinq ans - il hérite en 1874 à la disparition de son père, d’une fortune certaine. Ainsi peut-il  donner  libre  cours  à  son  inspiration  et  soutenir  ses  amis  peintres  (Manet, Monet,  Renoir, Cézanne, Pissarro, Sisley...) dont il achète rapidement des œuvres - une collection qu’il souhaite très tôt léguer au Louvre.  Présent à la deuxième exposition impressionniste (1876), avec Les Raboteurs de parquet (1875), Caillebotte se montre par ailleurs, pendant la vingtaine d’années (1875-1894) de sa brève carrière avant sa disparition prématurée, particulièrement sensible au charme des jardins, aux joies des sports nautiques et aux plaisirs du plein air. Ses deux passions -complémentaires au soir de sa courte  vie - pour  les  régates  et  pour  la  botanique, vont donner naissance à des séries peu nombreuses mais éclatantes de toiles d’une facture neuve, aux compositions  surprenantes - suites de  cadrages  audacieux,  servies  par  une  palette  lumineuse,  qui inscrivent pleinement Gustave Caillebotte au premier rang des impressionnistes.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus