Rodin et les arts décoratifs

Evian-les-Bains, Palais Lumière (13 juin - 20 septembre 2009)

Publié le Thursday 03 September 2009



Sur les 180 oeuvres présentées, dont les 2/3 prêtées par le musée Rodin, la plupart n'ont jamais été montrées, d'autres sont au contraires très connues, Le Baiser, Le Penseur, La Porte de l'Enfer. mais à redécouvrir sous leur aspect décoratif.


L'idée de présenter l'oeuvre de Rodin sous l'angle des arts décoratifs et de la décoration monumentale s'est imposée en raison de la présence à Evian de la villa La Sapinière*, construite à la fin du XIXe siècle pour la famille d'un amateur d'art fortuné, le baron Joseph Vitta.

Auguste Rodin (1840-1917)Idylle d'Ixelles, bronze (c) musée Rodin, photo C. Baraja
Auguste Rodin (1840-1917)
Elle renferme un exceptionnel ensemble décoratif conçu et réalisé entre 1892 et 1897 par plusieurs artistes et décorateurs, notamment Félix Bracquemond, Alexandre Charpentier, Jules Chéret, Albert Besnard et Alexandre Falguière. Rodin connaissait personnellement ces artistes et il participa lui même à cette entreprise en créant le décor du vestibule de la villa, constitué de deux larges tympans en bas-relief et de deux imposantes jardinières.

L'exposition est l'occasion d'étudier la place de Rodin dans l'univers des arts décoratifs et de la décoration monumentale, à une époque qui multiplia les échanges entre des domaines artistiques traditionnellement cloisonnés.

En effet, Rodin vécut au fil de sa carrière l'évolution du contexte politique, social, industriel et artistique : il a débuté sous le Second Empire, en plein renouveau du goût pour les grâces du XVIIIe siècle, et a terminé sa carrière durant la Première Guerre mondiale, après la déflagration cubiste.

Auguste Rodin (1840-1917)La vasque des Titans (c) musée Rodin, photo C. Baraja
Auguste Rodin (1840-1917)
Entre-temps, il profita pleinement de la politique volontariste de la Troisième République en matière de développement conjoint de la production artistique et industrielle au son passage à la Manufacture de porcelaine de Sèvres et la commande de la Porte de l'Enfer s'inscrivent dans ce cadre.

Si l'Art nouveau le laissa indifférent, il côtoya toutefois certains des créateurs les plus originaux de son temps, comme Bracquemond ou Carriès.

Il fut sans aucun doute marqué par les débats esthétiques de la fin du XIXe siècle, et, s'il n'y prit pas part directement, son oeuvre se fait l'écho de nombreuses questions caractéristiques de cette période : unité des arts à travers la variété des disciplines, dépassement des styles historiques, conditions d'une décoration monumentale, valeur ornementale propre à l'oeuvre d'art, intérêt pour des matériaux originaux, etc.

L'exposition est organisée par la Ville d'Evian, en collaboration avec le musée Rodin. Elle sera reprise au printemps 2010 au musée Rodin sous le titre "Corps et décors".

*Visite de la villa Sapinière : La villa La Sapinière est ouverte pendant la durée de l'exposition du lundi au vendredi de 14 h à 18 h. Des visites commentées ont lieu tous les jours pendant ces heures d'ouverture. Adresse : 20, avenue de Noailles - Evian-les-Bains (74).

Informations pratiques

 Palais Lumière, quai Albert-Besson (à côté de l'hôtel de ville).

 Tel : 04 50 83 15 90.

 Horaires : Tous les jours 10h30-19h (sauf le lundi 14h-19h)

 Tarif : 10€, tarif réduit : 7€

 Le billet d'entrée donne droit à une réduction de 30 % sur les prix d'entrée des expositions en cours à la Fondation Gianadda à Martigny

 Catalogue d'exposition : Rodin et les arts décoratifs, éditions Gallimard

Commissariat d'exposition : François Blanchetière, conservateur au musée Rodin, et William Saadé, conservateur et enseignant à l'université de Lyon II.

Comité scientifique : Jean-Paul Bouillon (membre de l'Institut Universitaire de France, professeur d'histoire de l'art contemporain à l'Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, auteur des premières recherches sur le mécénat du baron Vitta pour sa thèse sur Félix Bracquemond), Rossella Froissart Pezone (maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'Université d'Aix-Marseille I, spécialiste de l'histoire des arts décoratifs au tournant des XIXe et XXe siècles) et de Catherine Méneux (ATER à l'Université du Maine, auteur d'une thèse sur Roger Marx, critique d'art que l'on retrouve à la croisée de nombreux aspects du sujet).


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions en régions

Voir tous les articles de la rubrique Expositions en régions

Vos annonces
Mots clés

PayPal