Exposition La Renaissance et le rêve - Musée du Luxembourg, Paris

Une exposition présentée au musée du Luxembourg, Paris (9 octobre 2013 - 26 janvier 2014)

Publié le mardi 05 novembre 2013



La Renaissance a conféré aux songes, à leur interprétation, à leur représentation, une extraordinaire importance. Avec l'idée que le sommeil et les songes nous mettent en relation avec les puissances de l'Au-delà, les hommes de la Renaissance s'interrogent...


renaissance_1.jpgBattista Dossi, (vers 1490 - 1548), Allégorie de la Nuit (détail) 1543-1544 (c) Dresde, Staatliche Kunstsammlungen, Gemäldegalerie, Allemagne
En Europe, peu ou point de chamans ; peu ou point de prophètes possédés ; mais une autre approche du rêve par l'Art, la littérature et la théorie.

En rêvant, l'homme s'évade-t-il des contraintes de son propre corps pour entrer en contact avec le divin ? Ou bien se trouve-t-il livré à des « démons » étrangers ? Quel crédit accorder à l'art divinatoire des rêves ? Est-il possible d'établir un lexique du rêve, comme dans les « clés des songes »?

renaissance_2_copie.jpgÉcole de Hieronymus Bosch, La Vision de Tondal 1520-1530. (c) Madrid, Fundación Lazaro Galdiano, Espagne
Ces questions sont soulevées à la fois dans la vie politique et sociale, avec le renouveau des pratiques divinatoires ; dans la littérature (Francesco Colonna et Rabelais, l'Arioste et le Tasse, la Pléiade et d'Aubigné) et dans les débats médicaux et théologiques, et notamment lors de la terrible chasse aux sorcières entre le XVe et le XVIIe siècle en Europe.

renaissance_3_copie.jpgLorenzo Lotto (1480 - 1556). Le Songe de la jeune fille ou Allégorie de la Chasteté, vers 1505. (c) Washington, National Gallery of Art, Samuel H. Kress Collection, Etats-Unis
Ces problèmes, les peintres et graveurs de la Renaissance les ont affrontés, les questions qu'ils posent, et qui leur sont propres, vont bien au-delà des débats de l'époque et demeurent fascinantes.

À une célèbre exception près - celle de Dürer, évoquée à la fin de l'exposition -, les artistes de la Renaissance ne peignent pas leurs propres rêves. Ils peignent ceux des autres, ou ceux qu'ils pourraient avoir ; ils représentent tantôt des récits de rêve, tirés de la mythologie et de l'histoire sainte, tantôt des visions reconstruites qui se font parfois cauchemardesques. Mais tous se heurtent à la même difficulté : peindre le rêve, c'est-à-dire non l'apparence mais l'apparition, c'est vouloir objectiver l'inobjectivable.

Informations pratiques :

 Exposition La Renaissance et le Rêve : Bosch, Véronèse, Le Greco ..., jusqu'au 26 janvier 2014.

 Musée du Luxembourg : 19, rue de Vaugirard - Paris 6e.

 Accès métro : Saint-Sulpice, Odéon / RER B : Luxembourg.

 Ouvert au public tous les jours de 10h00 à 19h30, nocturne les lundis et vendredis jusqu'à 22h00.

 Tarifs : 11 € - Tarif réduit : 7.50 € - Gratuité aux moins de 16 ans.

- Catalogue d'exposition La Renaissance et le Rêve : Bosch, Véronèse, Le Greco., éd. RMN

Commissariat d'exposition : Alessandro Cecchi, directeur de la Galleria Palatina et du Jardin de Boboli au Palazzo Pitti, Florence. Yves Hersant, professeur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris. Chiara Rabbi-Bernard, historienne de l'art


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris