Lettre d'information

Edgar Stoëbel

Edgar Stoëbel - Editions Cercle d'art - Ouvrage relié - 200 pages - Textes en Français - Publié en 2007

Edgar Stoëbel (de son vrai nom Teboul Ichoua René) est né à Frendah, près d’Oran en Algérie en 1909 décédé à Paris en 2001 -  Stoëbel étant son nom d’artiste.

6 articles en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

22,75 €

-60%

56,87 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782702208069
Artiste-Genre Edgar Stoëbel
Auteur(s) Lydia Harambourg
Editeur(s) Cercle d'art
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 200
Langue Français
Dimensions 300 x 255
Date parution 2007
Poids 1.2

Musicien de formation, formé à Oran et Paris, Stoëbel délaisse progressivement la musique pour ne plus se consacrer qu’à la peinture et au dessin.

« J’avais un besoin formidable de créer ; en permanence les images se bousculaient dans mon esprit, il fallait que je les couche sur le papier, je travaillais dans les cafés n’importe où, au hasard des rencontres, je travaillais parfois des jours et des nuits sans me rendre compte du temps qui passait ». Edgar Stoëbel

Il fréquente le Montparnasse des artistes de la Coupole dès 1950, se lie d'amitié avec des personnalités du spectacle, du monde de l'art : Chagall, Ernst, Prinner, Michonze, Goetz, Zadkine, Joséphine Baker. Son oeuvre se compose d'abord de paysages figuratifs montmartrois et de scènes religieuses judaïques avant d'évoluer vers une expression picturale très personnelle qu'il baptise « La Figurasynthèse ".

« La Figura-synthèse est l’image qu’on se fait d’un objet et non l’objet dans sa forme telle qu’elle nous apparaît : elle est subjectivée et ne représente plus qu’une forme irréelle sur tous les plans. Le rapport des formes entre elles constitue la Figura-synthèse. » Edgar Stoëbel

La peinture de Stoëbel des années 1960 se situe dans la mouvance de l’abstraction concrète d’après guerre, ou de l’art concret appelé aussi Art Constructif.

Trop longtemps cantonnée par les critiques d’art à ce qui se passait en peinture à Paris et surtout à New-York, l’abstraction concrète était en réalité un mouvement d’ampleur mondiale qui se développait de l’Amérique du Sud à l’Europe du Nord et ne pouvait se réduire à la seule peinture française de chevalet de Bazaine, Manessier, Hartung ou Estève ou Gischia.

Dans cette École de l’abstraction concrète on peut citer une liste non exhaustive de peintres importants dans l’histoire de l’art de cette époque qui permettent de mieux comprendre que ce mouvement sera un des apports les plus importants dans l’Art du XXe siècle:

Joseph Albers, Aagaard Andersen, Jean Arp, Jean-Michel Atlan, Willy Baumeister, André Bloc, André Bruyère, Busse, Marcelle Cahn, Antonio Carderara, Fernando Chevrier, Jean Couy, Heinrich Davring, Sonia Delaunay, Jean Deyrolle, Domela, Piero Dorazio, Adolphe Richard Fleishmann, Nato Frascà, Günter Fruhtrunk, Paolo Ghilardi, Gilioli, Hajdu, Johannes Itten, Joseph Jarema, Lapique, Jean Leppien, Anselmo Legnagni, Henri Lhotellier, Alberto Magnelli, Willy Maywald, François Morellet, Robert Mortensen, Bruno Munari, Aurélie Nemours, Henri Nouveau, Vera Pagava, Penalba, Edgar Pillet, Serge Poliakoff, Hans Reichel, Hans Richter, Michel Seuphor, Atanasio Soldati, Ferdinand Springer, Edgar Stoëbel, Gunta Stölzl, Nicolas Warb.

Lydia Harambourg est historienne, critique et écrivain d'art, spécialiste des XIXe et XXe siècles, et plus particulièrement de l'École de Paris. Elle a publié un Dictionnaire des Peintres de l'École de Paris, Ides et Calendes, véritable encyclopédie de référence. Elle tient la chronique hebdomadaire des expositions dans la Gazette de l'Hôtel Drouot et elle est aussi le Correspondant de l'Institut (Académie des Beaux-Arts).

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus