François Girardon (1628-1715). Le sculpteur de Louis XIV

François Girardon - Editions Arthena - Ouvrage relié - 584 pages - Textes en Français

Artiste de tout premier plan, Girardon (1628-1715), mort le même jour que le roi, le 1er septembre 1715, fut le grand sculpteur de Louis XIV.

1 article en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

140,00 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Ajouter à mes favoris

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis

Noter / écrire un commentaire
Référence LIV_9782903239558
Artiste-Genre François Girardon
Auteur(s) Alexandre Maral
Editeur(s) Arthena
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 584
Langue Français
Dimensions 320 x 240
Technique(s) environ 800 illustrations dont 500 en couleurs
Date parution 2016

Originaire de Troyes et installé assez tôt à Paris, il bénéficia de la protection du chancelier Séguier, qui lui permit de séjourner à Rome et de se lier avec Mignard puis Le Brun. Membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1657, il connut une éclatante carrière officielle.

Il fut présent sur tous les grands chantiers royaux, à commencer par celui de la galerie d’Apollon au Louvre. Il s’imposa à Versailles, où sa première commande fut son chef d’œuvre: le groupe d’«Apollon servi par les nymphes», sculpté en collaboration avec Regnaudin entre 1666 et 1672.

Versailles lui doit entre autres la fontaine de la Pyramide et le relief du «Bain des nymphes», le bassin de Saturne, ou de l’Hiver, les deux œuvres les plus remarquables de la Grande Commande, la statue de «L’Hiver» et le groupe de «L’Enlèvement de Proserpine par Pluton», ou «Le Feu», un ensemble de quarante-six trophées d’armes pour le bosquet des Dômes, le groupe de «La Victoire de la France sur l’Espagne» pour l’avant-cour du château.

Outre ces créations insignes, Girardon restaura des œuvres antiques, la plupart des statues placées dans la Grande Galerie de Versailles, comme la «Vénus d’Arles» (aujourd’hui au Louvre), qui fut complétée par ses soins. Il lui revint aussi de transformer la statue équestre de «Louis XIV» du Bernin en «Marcus Curtius».

Spécialiste de l’iconographie royale, Girardon réalisa plusieurs portraits du souverain, notamment l’extraordinaire buste de «Louis XIV» commandé par Colbert de Villacerf (conservé au musée des Beaux-Arts de Troyes) et l’effigie officielle équestre de la place Vendôme à Paris.

Parallèlement à sa carrière de sculpteur, Girardon joua un rôle fondamental dans la conception des programmes sculptés, tant à l’arsenal de Toulon, où il supervisa la décoration sculptée des vaisseaux du roi, qu’à Versailles. Mentionné pour des modèles de fontaines, il eut pour mission de superviser les fontes en bronze réalisées par Jean-Balthasar Keller à l’Arsenal et, surtout, de concevoir de nouvelles sculptures pour Versailles, dont il fournissait les modèles aux différents sculpteurs chargés de les traduire en marbre. Sans en avoir le titre, qui n’existait pas, il remplissait ainsi les fonctions de Premier sculpteur du roi.

Girardon fut aussi un collectionneur passionné de sculptures antiques et modernes, qu’il publia sous la forme d’un grand recueil gravé, «La Gallerie de Girardon».

Riche de plus de huit cents illustrations, cet ouvrage monographique permet de retracer, pour la première fois, la carrière éblouissante, diverse et prolifique, d’un des plus grands artistes français et de montrer toute l’influence de Girardon sur la sculpture et les artistes de son temps.

Soyez le premier à donner votre avis !