Lettre d'information

Le temps de peindre - Monique Frydman

Monique Frydman - Editions L'Atelier contemporain - Ouvrage broché - 592 pages - Textes en Français

Réunissant d’une part carnets, d’autre part textes et entretiens dont l’écriture ou la parution s’échelonnent des années 1970 à aujourd’hui, Le Temps de peindre jette sur l’œuvre de la peintre Monique Frydman un éclairage neuf par son ampleur, sa densité et sa profondeur.

28,44 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9791092444902
Artiste-Genre Monique Frydman
Auteur(s) Monique Frydman, Eric de Chassey, Georges Roque
Editeur(s) L'Atelier contemporain
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 592
Langue Français
Dimensions 200 x 160

C’est en effet le premier mérite de ce volume en deux volets, doublement préfacé et enrichi de cahiers iconographiques importants, que de proposer au lecteur une approche croisée de ce travail dans lequel l’écriture, avant, pendant, après, joue un rôle constitutif, ne serait-ce qu’en permettant à l’artiste de « rationaliser par la parole » ce qui advient dans sa peinture.

De fait, la lecture le révèle, les questions du hasard, de l’aléatoire ou de l’accident sont déterminantes chez une peintre dont la « grammaire picturale », loin d’être une constante, s’est formée au travers d’un long cheminement. Indices biographiques, énoncés d’intentions et regards rétrospectifs aideront le lecteur à reconstituer cet itinéraire complexe et sans cesse redéfini. L’abandon de toute activité artistique propre en 1967, quelques mois après la sortie des Beaux-Arts, au profit de l’action militante ; le retour à la peinture, au début des années 1970, à la faveur d’un questionnement identitaire dans lequel le féminisme agit en catalyseur ; l’abandon progressif de la figuration obsessionnelle du corps et l’accession à l’abstrait ; l’exploration de ses origines juives et du traumatisme de la Shoah ; la grande « découverte » de ces cordages et ficelles dont la trace sur la toile s’apparente à une signature ; les voyages en Australie, au Japon… éléments décisifs pour saisir une démarche où même l’usage de la couleur ne s’est imposé qu’au terme d’une lente « montée ».

Les textes de conférences et l’évocation répétée, dans les entretiens, de certaines œuvres et figures d’artistes permettront également de situer Monique Frydman dans une constellation dont les grands astres seraient Cézanne, Rothko, Pollock, de Kooning, Matisse, Bonnard, mais aussi Sassetta, Le Greco ou les fresques pariétales de Lascaux. Non seulement son œuvre s’éclaircit à leur lumière, mais Monique Frydman jette sur eux un regard dont l’originalité se doit sans doute à cette forme aiguë d’empathie qui lui fait ressentir physiquement la façon ils ont travaillé. Étonnant et éclairant, par exemple, de la part d’une peintre abstraite, ce choix de se confronter à un polyptique de Sassetta pour saisir « la vibration des couleurs ». Mais ce sont aussi, précisément, des notions classiques et donc problématiques telles que la figuration et l’abstraction qui ne cessent ici d’être remises en jeu.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus