Lettre d'information

Saint-Riquier, une grande abbaye bénédictine

Editions Picard - Ouvrage broché - 326 pages - Textes en Français - Publié en 03/03/2009

Considérée par certains comme la " Cluny carolingienne ", l'abbaye bénédictine de Saint-Riquier est fondée par Riquier, au VIIème siècle.

Expédié sous 3 à 6 jours

59,62 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782708408203
Editeur(s) Picard
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 326
Langue Français
Dimensions 300 x 240
Date parution 03/03/2009
Poids 1.63

Elle connaît son premier âge d'or lors de l'abbatiat d'Angilbert, homme d'église et lettré, protégé de Charlemagne. L'empereur favorise le développement de l'abbaye qui devient alors un centre important. Le chantier gothique qui se poursuit entre le XIIIème siècle et le début du XVIème siècle connaît de multiples difficultés. Saint-Riquier, aux frontières du royaume de France, est sur la ligne du front qui oppose le duc de Bourgogne et Louis XI et se trouve donc sans cesse en butte aux représailles des uns et des autres. La façade, vaste retable architectural que son programme sculpté transforme en dentelle de pierre blanche est révélatrice de la religiosité et des croyances de cette fin du Moyen Age.

Le deuxième âge d'or de l'abbaye commence lorsqu'au XVIIème siècle la communauté adhère à la réforme de Saint-Maur. Les bâtiments sont rénovés et le chœur de l'abbatiale reçoit, à la fin du siècle, un décor, dit plus tard " à la grecque ", l'un des rares à subsister de cette époque. Les tableaux commandés par l'abbé d'Aligre, encore en place, de multiples éléments décoratifs témoignent des efforts pour permettre à l'institution de rayonner de nouveau.

Les péripéties du XVIIIème siècle, incendies dévastateurs, puis Révolution, ont altéré la physionomie de l'abbaye mais sa transformation en séminaire au XIXème siècle comme celle de l'abbatiale en église paroissiale ont permis de conserver l'essentiel. Les travaux conduits par le conseil général de la Somme, désormais propriétaire de l'abbaye, l'action de la mairie de Saint-Riquier et de l'État sur l'abbatiale ont préservé l'identité du lieu.

Aucune étude complète sur le site n'a été publiée depuis les travaux de l'abbé Hénocque à la fin du XIXème siècle, puis de Georges Durand dans les premières années du XXème siècle. Les progrès de l'historiographie permettent aujourd'hui de proposer au public une synthèse renouvelée et en particulier de traiter de façon plus approfondie des aspects négligés, à l'époque, au profit du Moyen Age.

> Lire article associé

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus