Lettre d'information

Les caprices de Ludovise. Un décor retrouvé de l'ancien château de Sceaux

Arts décoratifs - Editions Silvana - Ouvrage relié - 135 pages - Textes en Français - Publié en 2019

Ce livre raconte la redécouverte du décor du cabinet des Arts et des Sciences de l'ancien château de Sceaux, expression parfaite d'une culture oubliée...

23,70 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9788836638789
Artiste-Genre Arts décoratifs
Auteur(s) Dominique Brême, Catherine Cessac
Editeur(s) Silvana
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 135
Langue Français
Dimensions 275 x 240
Date parution 2019

Après avoir acheté le domaine des Colbert, à Sceaux, le duc et la duchesse du Maine entreprirent de le mettre au goût du jour. En 1704, la maîtresse des lieux, passionnée d'astronomie, de mathématiques et de philosophie, joliment surnommée Ludovise, commandait à Claude III Audran la décoration d'un cabinet peint dédié aux arts et aux sciences. Elle s'apprêtait à faire de Sceaux une cour brillante, extravagante et festive, également exigeante pour le grave et le léger, véritable concurrente de celle de son beau-père, le roi Louis XIV.

Le 11 juin 1703, Louise-Bénédicte de Bourbon, duchesse du Maine (1676-1753), créait en son château den Sceaux l'ordre chevaleresque de la Mouche à miel. Composée de quarante membres, cette parodie de l'Académie française était dirigée par la princesse qui, pour la circonstance, s'en était autoproclamée " dictatrice perpétuelle ". Le ton était donné... Les fêtes se succédèrent à Sceaux où, selon Voltaire, on s'amusait autant qu'on s'ennuyait alors à Versailles, et Nicolas de Malézieu - le grand ordonnateur des divertissements de la princesse - parlait de cette cour incomparable comme des " galères du bel esprit ". Il fallait un écrin non moins exceptionnel pour accueillir ces débordements d'intelligence et la duchesse ne regarda pas à la dépense : elle fit décorer selon ses goûts - et tout à sa gloire - le château qu'elle venait d'acquérir des Colbert. En 1704, elle demandait à Claude III Audran (1658-1734) de peindre les boiseries de ses appartements et notamment le cabinet des Arts et des Sciences, autrefois si fameux.0Un siècle plus tard, celui-ci devait être démantelé, comme l'ensemble de l'ancien château de Sceaux... Rien ne laissait supposer qu'il fût possible de retrouver des éléments significatifs de cet ancien décor. Et pourtant, à la faveur de la redécouverte d'un panneau de bois peint dans une collection particulière, et après une enquête minutieuse, il est aujourd'hui possible de révéler au public un ensemble décoratif exceptionnel du tout début du XVIIIe siècle : jeux, théâtre, musique et danse, lettres classiques et sciences modernes, tout vient témoigner ici des nombreux " caprices de Ludovise ".

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus