Lettre d'information

Une histoire des haines d'écrivains. De Chateaubriand à Proust

Editions Flammarion - Ouvrage broché - 350 pages - Textes en Français - Publié en 15/01/2009

« Avez-vous bien des ennemis ? » Voilà ce qui préoccupe Balzac, dans la lettre qu'il écrit à son confrère Eugène Sue le 18 novembre 1832. Sue répond sur le même ton : « Les ennemis ? Oh ! très bien, parfaits et en quantité. »

Expédié sous 3 à 6 jours

18,29 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782081216532
Editeur(s) Flammarion
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 350
Langue Français
Dimensions 220 x 135
Date parution 15/01/2009

La course aux honneurs et à la gloire est indissociable de la condition d'écrivain, particulièrement au XIXe siècle, quand la presse devient toute-puissante et que les tirages des livres augmentent toujours plus. Autant de motifs d'envie et de ressentiment pour nos chers auteurs : Balzac accuse Hugo d'utiliser des journalistes à sa botte pour l'éreinter, lequel Hugo se brouillera avec Dumas pour une sombre histoire de rivalité théâtrale ; Lamartine, qui vend ses fonds de tiroir pour gagner de l'argent, devient la risée de ses pairs ; quant aux Goncourt, ils crient au plagiat perpétuel : Flaubert a copié leur usage de l'imparfait, Zola leur vole le sujet de leurs livres…

Tous trouvent que leurs confrères sont injustement célèbres. Le Rouge et le Noir est écrit en patois, dixit Hugo ; Sainte-Beuve, dit « Sainte-Bave », et Bloy tirent sur tout ce qui bouge ou à peu près ; Jules Renard, lui, confesse : « le succès des autres me gêne, mais beaucoup moins que s'il était mérité. »

C'est parce qu'ils sont écrivains, parce qu'ils savent quel mot fait mouche et fait rire, que leurs haines sont si savoureuses, pour nous lecteurs. Fulgurances de l'esprit, ruses et dédains, mensonges et duperies : ne boudons pas notre plaisir.

> Lire article associé

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus