Lettre d'information

Marie Stuart, une figure romantique ?

Editions Art Lys - Ouvrage broché - Textes en Français - Publié en 16/10/2009

La destinée artistique de la reine d’Ecosse au XIXe siècle. Ce catalogue montre l'influence décisive de l'ère romantique dans la perception de Marie Stuart pour la postérité.

Catalogue de l'exposition "Marie Stuart, une figure romantique ? " présentée au musée des Beaux-Arts, La Rochelle (16 octobre 2009 – 18 janvier 2010).

Expédié sous 3 à 6 jours

23,70 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence LIV_9782854953923
Editeur(s) Art Lys
Format Ouvrage broché
Langue Français
Dimensions 280 x 220
Date parution 16/10/2009
Poids 0.486

La tragédie de Schiller influença quasiment toute la production - pièces de théâtre, opéras, romans, tableaux, gravures - consacrée à l'héroïne et dont la biographie romancée de Zweig constitue un ultime avatar, avec la vision d'une femme sacrifiant sa vie et son honneur à sa passion.

Mais au-delà des aimables couleurs de cette veine troubadour, ce livre manifeste l'actualité de la figure de Marie Stuart. La cristallisation du débat autour de sa vie privée, dont l'imaginaire politique français fit au XIXe siècle un usage idéologique pour légitimer l'exclusion des femmes du pouvoir, témoigne d'une difficulté persistante à penser encore aujourd'hui la place des femmes dans le monde politique.

La proclamation à peine née, en 1542, comme reine d'Écosse, l'exil à 6 ans pour la France, le mariage avec le dauphin de France, le veuvage à 18 ans, le retour en Écosse en galère, les attaques du réformiste Knox, la passion du poète Châtelard, l'assassinat de son présumé amant Rizzio, la mort criminelle de son époux Darnley, les noces avec Bothwell, l'emprisonnement dans la forteresse de Lochleven, l'évasion en Angleterre, la captivité, l'exécution sur l'échafaud de Fotheringay : multiples sont les épisodes de la vie de Marie Stuart qui se prêtent à l'interprétation et qui imposent celle-ci, malgré son règne bref, comme personnage réel et comme mythe.

Les documents historiques, contradictoires et partisans, contribuèrent, avec leurs parts d'ombre et de lumière, à cette mythification. Héritiers de la tradition catholique ou protestante, historiens et artistes en forgèrent une image polysémique, de la pieuse martyre, victime innocente d'une machination machiavélique, à la femme adultère, meurtrière de son époux, reine cruelle et dépravée.

> Lire article associé

 

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus