Lettre d'information

Merveilleux Trésor d'Oignies - Éclats du 13e siècle

Arts décoratifs, 13e siècle - Editions Musée de Cluny / Faton - Ouvrage broché - 96 pages - Textes en Français - Publié en 2024

Le trésor d’Oignies, composé d’une cinquantaine d’objets et surtout de pièces d’orfèvrerie, fait partie depuis 1978 des « Sept merveilles de Belgique ». Il est associé à l’histoire au XIIIe siècle du prieuré Saint-Nicolas d’Oignies (près de Namur), fondé vers 1192.

2 articles en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

20,85 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782878443615
Artiste-Genre Arts décoratifs, 13e siècle
Auteur(s) Julien De Vos, Christine Descatoire Séverine Lepape
Editeur(s) Musée de Cluny / Faton
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 96
Langue Français
Dimensions 280 x 220
Date parution 2024
Musée Musée de Cluny , Paris

Catalogue de l’exposition « Merveilleux trésor d’Oignies, éclats du XIIIe siècle », présentée au musée de Cluny, Paris (19 mars - 20 octobre 2024).

L’extrême raffinement des objets, la maîtrise technique et la préciosité des matériaux, ainsi que l’histoire particulière des pièces en font un ensemble de réputation internationale.

Le prieuré Saint-Nicolas d’Oignies est devenu célèbre grâce à la rencontre de trois personnalités remarquables : la mystique et ascète Marie d’Oignies († 1213) ; le prélat Jacques de Vitry († 1240), prédicateur et chroniqueur brillant, principal mécène du prieuré ; et l’orfèvre Hugues de Walcourt, dit Hugo d’Oignies († vers 1240), qui fit du prieuré un important foyer de création, actif jusqu’en 1260 environ.

L’artiste Hugo innove par la profusion des nielles, filigranes, motifs naturalistes et cynégétiques, et s’inscrit dans l’art septentrional de la première moitié du XIIIe siècle, dans le sillage du « style 1200 », tandis que les productions de l’atelier seul, après 1240, relèvent de l’art gothique.

Le trésor d’Oignies a connu une histoire mouvementée. À la suite de la Révolution française, le prieuré est supprimé, et le trésor caché dans une ferme en 1794 puis confié en 1818 au couvent des sœurs de Notre-Dame à Namur. Devenu en 2010 propriété de la Fondation Roi Baudouin, il est déposé à la Société archéologique de Namur pour être exposé par la province de Namur au TreM.a-musée des Arts anciens du Namurois.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus