Lettre d'information

Puisqu'il fallait tout repenser

Photographie - Editions Delpire - Spiralé - 288 pages - Textes en Français - Publié en 2021

En forme de carnet d’artiste à spirale, ce livre au format maniable rassemble les œuvres et séries choisies par la commissaire, Andrea Giunta, et ponctuées page après page de ses commentaires et des témoignages des artistes.

42,65 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9791095821342
Artiste-Genre Photographie
Auteur(s) Andrea Giunta
Editeur(s) Delpire
Format Spiralé
Nb. de pages 288
Langue Français
Dimensions 300 x 170
Date parution 2021

Catalogue de l’exposition Puisqu'il fallait tout repenser, présentée aux Rencontres de la Photographie d'Arles (2021).

Six chapitres abordent les questions essentielles du rapport de l'humain à son environnement, son corps, sa mémoire, et des notions universelles comme la solitude, les inégalités, la liberté, les affects.

Photographies, dessins, vidéos, installations, performances font émerger l'enjeu essentiel de notre époque : dans quel monde voulons-nous vivre ?

"Nous traversons aujourd’hui une période de pandémie inédite. Une époque étrange qui interroge le concept même d’humanité. Tout peut être repensé. La théorie et la pratique féministes sont rhizomiques et abordent aussi les questions de l’après ; une théorie de l’affect et du corps, des affaires publiques, de la transformation des relations sociales, mais aussi la base d’un observatoire pour une nouvelle politique économique du vivant. Un féminisme qui rejoint la remise en cause profonde des conséquences actuelles du capitalisme mondialisé et émerge pour observer les notions de communauté, l’effondrement des modèles anthropocentristes et de l’exceptionnalisme humain. Nous voulons repenser, avec un regard attentif, les significations sous-jacentes d’œuvres créées dans des contextes différents. Chaque objet, chaque photographie, chaque film présenté dans cette exposition crée un champ magnétique qui entre en contact avec tout ce qui s’approche de lui. Chaque œuvre apporte un matériau à partir duquel repenser les formes possibles du monde."

María José Arjona (1973), Ananké Asseff (1971), Colectivo Nosotras Proponemos (2017), Nicola Costantino (1964), Milagros De La Torre (1965), Vivian Galban (1969), María Teresa Hincapié (1956–2008), Adriana Lestido (1955), Florencia Levy (1979), Marcos López (1958), Liliana Maresca (1951–1994), Joiri Minaya (1990), Marta Minujín (1943), Aline Motta (1974), Rodrigo Orrantia (1975), Jackie Parisier (1968), Cristina Piffer (1953), Santiago Porter (1971), Dalila Puzzovio (1942), José Alejandro Restrepo (1959), Silvia Rivas (1957), Celeste Rojas Mugica (1987), Graciela Sacco (1956 – 2017), Juan 

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus