Lettre d'information

T'ang Haywen (1927-1991) - Un peintre chinois à Paris

T'ang Haywen - Editions Réunion des Musées Nationaux - Ouvrage broché - 64 pages - Textes en Français - Publié en 2024

Fusion entre une esthétique chinoise qui puise ses sources dans la calligraphie et une forme d'expressionnisme abstrait d'origine occidentale, l'oeuvre de T'ang Haywen (1927-1991) invente un nouveau langage pictural en dehors de toute affiliation à un mouvement ou à un groupe.

Détails de l'exposition

1 article en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

14,22 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782711880249
Artiste-Genre T'ang Haywen
Auteur(s) Sous la direction de Valérie Zaleski
Editeur(s) Réunion des Musées Nationaux
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 64
Langue Français
Dimensions 240 x 170
Technique(s) 50 illustrations
Date parution 2024
Musée Musée Guimet, Paris

Catalogue de l'exposition T'ang Haywen (1927-1991) - Un peintre chinois à Paris, présentée au Musée Guimet, Paris (6 mars - 17 juin 2024).

En 1948, l’artiste chinois T’ang Haywen (1927-1991) s’installe à Paris, où il s’initie à la peinture occidentale, bientôt marquée par l’affirmation de l’abstraction. Il y puise les éléments d’une alchimie personnelle où la couleur éclatante fusionne avec la tradition de la peinture à l’encre monochrome, dont il est héritier.

Contemporain de deux célébrités de l'art franco-chinois, Zao Wou-ki et Chu Teh-chun, T'ang Haywen est longtemps resté à l'écart du marché de l'art. Pourtant son œuvre, selon Jean-Paul Desroches, ancien conservateur en chef du musée Guimet, « jaillit du fond de son être et s'incarne en des transpositions poétiques qui égalent celles des plus grands créateurs du XXe siècle ». Elle fait l'objet depuis quelques années d'une véritable redécouverte.

T'ang Haywen, peint d'abord des œuvres figuratives, des portraits et des paysages en utilisant les techniques de l'huile ou de l'acrylique. Il passe progressivement à l'encre au milieu des années 1960 et produit de nombreux lavis en diptyques et triptyques.

A sa mort, T'ang Haywen ne laisse pas d'héritiers. L'État récupère donc son oeuvre et, après différentes péripéties, alloue en 2022 au musée Guimet quelque 200 peintures et 400 pièces des archives personnelles de l'artiste.

Le catalogue retrace l'ensemble de sa carrière à travers une sélection de paysages à l'aquarelle et à la gouache, de grands diptyques et de petits monochromes à l'encre, et témoigne de la richesse de son œuvre.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus