Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806), peintre français du XVIIIe siècle. Jean-Honoré Fragonard est réputé pour sa grande virtuosité, pour sa touche rapide et colorée et pour la variété de ses sujets (portraits, paysages, tableaux de boudoirs, scènes de genre, dessins). Il a su traduire brillamment l’atmosphère de son époque. Promis à une carrière officielle après avoir reçu le Grand Prix de l’Académie royale avec le tableau Jéroboam sacrifiant aux idoles en 1752, puis agrée à l’Académie avec le tableau Corésus et Callirhoé en 1765, le peintre abandonne cette voie. Il renonce aux commandes prestigieuses de la Cour pour se consacrer à des sujets moins sévères et répondre aux attentes d’une clientèle privée.

Jean Honoré Fragonard, fils de Marco Fragonard, garçon gantier, et de Françoise Petit, naît en 1732 à Grasse. La famille s'installe à Paris en 1738. Les dispositions artistiques de Fragonard sont précoces. Après avoir travaillé avec Jean Siméon Chardin, il entre, à l'âge de 14 ans, dans l'atelier de François Boucher qui le présente au concours de Rome dont il remporte le premier prix en 1752. Il intègre alors pour trois ans la haute école des élèves protégés alors dirigée par le peintre Carle Van Loo. Fragonard part ensuite pour l'Académie de France à Rome. Il séjourne quelques années en Italie (1753-1756) où il se lie d'amitié avec son compatriote, le peintre Hubert Robert et l'abbé de Saint-Non qui devient son protecteur et son principal commanditaire. Dès son retour en France, Fragonard est accueilli comme un peintre confirmé ; il obient la reconnaissance de la Cour, des commandes publiques et un atelier au Louvre. Il abandonne les fastes de la narration historique pour la peinture de scènes galantes d'une grande sensualité. Il met en scène la nouvelle aristocratie en ses instants les plus galants, à l'abri des frondaisons, dans les jeux de l'amabilité amoureuse. La série de panneaux décoratifs qu'il réalisa à la demande de Madame du Barry, maîtresse de Louis XV, pour son pavillon de Louveciennes, demeura l'œuvre majeure de cette époque galante. Fragonard se trouva confronté aux défenseurs d'une esthétique tout autre, celle du néoclassicisme, et aux idées nouvelles de la Révolution française. Elle mit à bas l'aristocratie commanditaire de ses toiles. Bien qu'ami de Jacques Louis David, principal représentant de la nouvelle école classique française, Fragonard ne parvint jamais véritablement à se repositionner esthétiquement. Il mourut à Paris le 22 août 1806.

Rechercher "Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)" parmi les livres de DessinOriginal.com


Exposition Fragonard amoureux, galant et libertin - Musée du Luxembourg, Paris

Le 14 septembre 2015

Au XVIIIe siècle, Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) décline les mille variations du sentiment de l'amour...


Exposition De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes - Musée Jacquemart-André, Paris

Le 28 mars 2014

Le Musée Jacquemart-André présente une grande exposition sur la peinture française du XVIIIe siècle et ses maîtres : De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes. Le temps de l'insouciance. Le parcours réunit une soixantaine d'oeuvres, essentiellement des peintures provenant d'importantes collections.


Fragonard, dessinateur

Le 22 décembre 2009

Le Musée des Beaux-Arts de Caen présente Fragonard et la prestigieuse collection du Musée des Beaux-Arts de Besançon. Une série remarquable de dessins aux thèmes et aux techniques différentes...


Dans l'atelier de Fragonard. Marguerite Gérard, artiste en 1789

Le 20 octobre 2009

L'exposition présente 60 tableaux et dessins. Des portraits réalisés par Marguerite Gérard, Jean-Honoré Fragonard, mais aussi des oeuvres montrant les sources de l'artiste, le succès de la mode des portraits intimistes au début du XIXe siècle, ainsi que des oeuvres photographiques...


Le siècle de Watteau, dessins français du XVIIIe siècle

Le 8 avril 2008

Dans l'exposition "Le siècle de Watteau", le musée Cognacq-Jay présente une sélection de 60 dessins appartenant aux collections du musée léguées par Ernest Cognacq, ainsi que les nouvelles acquisitions faites depuis 1990.


Fragonard, les plaisirs d'un siècle

Le 2 octobre 2007

L'exposition est exceptionnelle par le nombre de peintures et de dessins réunis, dont plusieurs oeuvres inédites, jamais auparavant présentées en France et n'ayant figurées dans aucune des rétrospectives de l'artiste. Ces oeuvres proviennent de collections privées ou publiques du monde entier.


Les Fragonard de Besançon

Le 1 janvier 2007

Besançon possède la plus importante collection d'oeuvres de Fragonard en France. Cet ensemble exceptionnel de plus d'une centaine de dessins et peintures, Besançon la doit à Pierre-Adrien Pâris (Besançon, 1745-1819), architecte de Louis XVI et grand collectionneur qui, à sa mort, fit don de ses richesses à sa ville natale. Les oeuvres, conservées dans deux lieux de la ville : la bibliothèque municipale et le musée, seront réunies pour la première fois dans leur intégralité à l'occasion de cette exposition qui célèbre le bicentenaire de la mort de Fragonard (Grasse, 1732 Paris, 1806).

Vos annonces