Exposition Bohèmes, au Grand Palais, Paris

Une exposition présentée au Grand Palais, Paris (26 septembre 2012 - 14 janvier 2013)

Publié le Tuesday 25 September 2012



L'exposition Bohèmes du Grand Palais reprend l'histoire des bohémiens et des artistes bohèmes, figures de la liberté, de l'errance, de la marginalité et de la misère. Les premiers incarnent une liberté sauvage, secrète et mystérieuse et les seconds glorifient le vagabondage, la vie sans règles ni attaches, intense et sensuelle ...


boheme-1.jpgGeorges de la Tour. La diseuse de bonne aventure (c) New York, The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN / image of the MMA
La « bohème » fait partie des mythes modernes, née au milieu du XIXe siècle, entre Romantisme et Réalisme, elle accompagne une profonde transformation du statut de l'artiste.

Elle désigne alors les jeunes artistes qui veulent entrer dans la carrière par les marges, sans passer par les institutions de l'École des beaux-arts, du prix de Rome et de la villa Médicis.

L'artiste se veut alors comme un génie solitaire, misérable et incompris qui anticipe les convulsions de la société. Les poètes (Baudelaire, Rimbaud, Verlaine), les artistes (Courbet, Van Gogh, Satie, Picasso) sont nombreux à avoir donné un visage à ce phénomène.

La bohème c'est également le monde flou et inquiétant du bohémien. Le mystère de ses origines, son langage longtemps incompréhensible, son rapport intime à la nature, sa capacité de dire l'avenir, en font un personnage de légende.

Bohémiens et bohèmes sont des figures de la liberté, de l'errance, ils partagent marginalité et misère.

boheme-2.jpgGustave Courbet. L'homme à la pipe. Montpellier, Musée Fabre © RMN / Agence Bulloz
"À cette époque [19e siècle], le mot a un sens très large et regroupe à la fois une population flottante qui vit d'expédients (filous, pickpockets, acteurs, ce sont les Bohémiens de Paris de Daumier), ceux que l'on appellerait aujourd'hui Rom, qui sont bien implantés en France, jusqu'aux portes de la capitale, et les artistes, peintres, poètes, philosophes, musiciens, qui vivent dans la même précarité. Toute cette population est réunie sous un seul vocable et partage effectivement les mêmes recettes de survie, se croise, se toise, et parfois fraye ensemble." Sylvain Amic, commissaire d'exposition.

Mais l'histoire de la bohème et des artistes ne se limite pas au 19e siècle. Appelé Égyptien à l'époque classique, puis gitan, manouche, cagot..., le bohémien devient, peu après son apparition en Occident au XVe siècle, un héros de roman (Cervantes le premier) et un sujet de prédilection pour les artistes (Callot, Vouet, Georges de la Tour).

boheme-3.jpgKees Van Dongen. La Gitane (la Curieuse). Saint-Tropez, Musée de l'Annonciade © RMN / Gérard Blot / ADAGP, Paris 2012
L'exposition en s'appuyant sur plus de deux cents oeuvres alliant découvertes inédites et prêts exceptionnels (La Diseuse de bonne aventure, Georges de la Tour, Metropolitan Museum New York, L'Absinthe, Edgar Degas, musée d'Orsay, Paris, Coin à Montmartre, Vincent van Gogh, Van Gogh Museum, Amsterdam, La Gitane, Van Dongen, MNAM, Paris), et des croisements entre les disciplines (peinture, littérature, photographie, musique), offre un éclairage nouveau à cette histoire commune.

"La borne chronologique finale de 1937 correspond à l'exposition de l'art dégénéré à Munich. C'est un moment où Tsiganes et artistes se voient rejetés dans un même opprobre, en particulier ceux des avant-gardes d'Europe de l'Est qui se sont intéressés aux Tsiganes : Otto Mueller, Otto Pankok, Emil Nolde, Auguste Sander, László Moholy-Nagy. Les artistes sont condamnés par les nazis à ne plus exercer, tandis que les Tsiganes sont déportés et exterminés." Sylvain Amic, commissaire d'exposition.

Informations pratiques :

 Exposition Bohèmes au Grand Palais, jusqu'au 14 janvier 2013

 Galeries nationales du Grand-Palais : 3, avenue du Général Eisenhower, entrée Clémenceau - Paris 8e

 Accès métro : Lignes 1, 9, 13 / Franklin- Roosevelt ou Champs Élysées-Clemenceau.

 Horaires : Ouvert au public tous les jours de 10h à 20h, nocturne le mercredi et le vendredi jusqu'à 22h00. Fermé le mardi et le 1er mai.

 Tarif : 12€, tarif réduit : 8€

 Catalogue de l'exposition "Bohèmes" au Grand Palais, éditions RMN.

Commissaire d'exposition : Sylvain Amic, directeur des musées de Rouen. Scénographie : Robert Carsen.


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris

Vos annonces
Mots clés

PayPal