Baccio Bandinelli, 1493-1560 - Dessins et sculptures du Louvre

Paris, musée du Louvre (du 21 février au 26 mai 2008)

Publié le mercredi 27 février 2008



L'exposition présente une quarantaine de dessins de l'artiste, issus de la collection du Cabinet du Louvre, et met en avant la relation étroite qui existe entre le dessin et la sculpture chez Bandinelli.


Baccio Bandinelli (1493-1560)Homme nu, vu de dos, le bras gauche levé audessus de la tête, sanguine Paris, musée du Louvre, dép. des Arts graphiques, inv. 2994 © RMN / Thierry Le Mage
Baccio Bandinelli (1493-1560)
Le musée du Louvre conserve une remarquable collection de dessins de Baccio Bandinelli, grande figure du cinquecento florentin. Poursuivant sa politique de présentation des collections, le département des Arts graphiques propose de découvrir les travaux sur papier ainsi que quelques-unes des sculptures de cet artiste au tempérament difficile, qui fut, de par son talent, un des chefs de file du maniérisme de l'époque de Michel-Ange.

Baccio Bandinelli, de son vrai nom Bartolommeo Brandini, est né à Florence en 1493. Fils d'un important orfèvre de la ville, il fut tout d'abord apprenti dans son atelier. Il devint ensuite l'élève de Giovanni Francesco Rustici, sculpteur et ami de Léonard de Vinci. Pris sous l'aile des Médicis, il est rapidement considéré comme l'un des sculpteurs attitrés de l'illustre famille.

Comme la majorité des sculpteurs florentins de son époque, Bandinelli va subir l'influence de Michel-Ange, dont il devient rapidement imitateur et rival. Au cours d'un séjour à Rome, il découvre et étudie la sculpture antique, qui sera la référence principale de l'ensemble de son oeuvre. Revenu à Florence en 1525, il fuit la ville en 1527 lors de l'expulsion des Médicis. Il s'exile à Gênes où il réalise diverses commandes sculptées et reçoit de l'empereur Charles Quint l'Ordre de Saint-Jacques. Il est de retour dans sa ville natale en 1529, après la victoire des Médicis sur le gouvernement républicain de Florence.

De 1535 à 1550, il domine la vie artistique florentine grâce aux commandes
prestigieuses que le jeune duc Cosme 1er lui confie. Son atelier devient un lieu de rencontres et d'étude pour les jeunes artistes. Bandinelli est élu membre de l'Accademia Fiorentina en 1545. Il meurt à Florence en 1560 et est enterré à la Santissima Annunziata.

Baccio Bandinelli (1493-1560)Caïn maudit par Dieu le Père pour le meurtre d'Abel. Plume et encre brune. usée du Louvre, dép. des Arts graphiques, inv. RF 491
Baccio Bandinelli (1493-1560)
De caractère difficile, réputé pour son arrogance et sa cupidité, Bandinelli représente une des figures noires de l'histoire de l'art florentin. Son talent de sculpteur fit l'objet de vives contestations de la part de ses contemporains. Sur commande du pape Médicis Clément VII, il effectue en 1534 le groupe colossal en marbre Hercule et Cacus, placé à l'entrée du Palazzo Vecchio. La froideur et le statisme de son oeuvre lui valent de
vives critiques, d'autant plus qu'elle était destinée à surpasser l'admirable David de Michel-Ange situé de l'autre côté de l'entrée du Palazzo Vecchio. Cependant, l'artiste reste très admiré pour ses reliefs, inspirés des modèles antiques et fortement empreints des influences de Donatello.

Le lien entre dessin et sculpture est permanent dans le travail de Bandinelli, qui pense
presque systématiquement le dessin en terme de relief sculptural et utilise pour ce faire un clair-obscur propre à la sculpture. Bandinelli représente l'un des grands noms du dessin florentin et Vasari, un de ses élèves et son premier biographe, le déclare dans ce domaine inégalable.

S'il utilise fréquemment la sanguine, notamment pour les représentations de figures humaines, c'est l'encre brune qui l'identifie aux yeux des connaisseurs. Il la traite à la manière michelangelesque, en construisant ses figures avec des hachures tout à tour méticuleuses et fines ou énergiques et grossières, posant ainsi les bases d'un style qui n'évoluera que très peu par la suite. L'expression occupe une place majeure dans les dessins de l'artiste.

Commissaires de l'exposition : Carel van Tuyll, chef du département des Arts graphiques et Dominique Cordellier, conservateur en chef au département des Arts graphiques du musée du Louvre.

Informations pratiques

 Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Aile Denon, 1er étage, salle Mollien.

 Horaires : Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 18h. Les mercredis et vendredis jusqu'à 22h.

 Tarif : Accès avec le billet d'entrée au musée - 9 € : plein tarif - 6 € : tarif réduit (les mercredis et vendredis après 18h). Gratuité : pour les moins de 18 ans, les chômeurs. Gratuit tous les 1er dimanches de chaque mois, Journées du Patrimoine.

 Catalogue d'exposition : Baccio Bandinelli, éditions 5 Continents.


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris