Revue Médium N°1 - automne 2004

Médiologie - Editions Editions Babylone - Broché - Textes en Français

Revue trimestrielle dirigée par Régis Debray. Sommaire : "Relier", par Régis Debray 'Familiarité du livre', par Julien Gracq ; "Université : la cote d’alerte", par Claudia Moatti ; "Aragon/Breton : médias contre médium", par Daniel Bougnoux ; "Irak : de l’info au credo", par François-Bernard Huyghe ; "Victoires et déboires du journal intime", par Jacques Lecarme (...)

2 articles en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

12,00 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Ajouter à mes favoris

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis

Noter / écrire un commentaire
Référence LIV_1600000390003
Artiste-Genre Médiologie
Auteur(s) Sous la direction de Régis Debray
Editeur(s) Editions Babylone
Format Broché
Langue Français
Dimensions 190 x 170
Date parution automne 2004
Année de création 2004

Relier, par Régis Debray     

Familiarité du livre, par Julien Gracq

Longtemps, le texte a dédaigneusement effacé le livre. Comme l’interprétation des signes, la manipulation des choses qui les recueillent et les portent jusqu’à nous. Consciente de tout ce qu’il entre d’esprit dans une forme matérielle, la médiologie voudrait redonner une place d’honneur aux objets, aux ustensiles, aux plus humbles dispositifs. Et comprendre ce que leurs outils font aux humains. Le livre est une invention technique du IIIe siècle (le codex), indémodable, et dont la modernité susciterait l’enthousiasme, si elle datait d’aujourd’hui. En analysant ce que le livre fait au lecteur, Julien Gracq vient à notre rencontre
  
Université : la cote d’alerte, par Claudia Moatti

S’il est une institution vouée au transmettre, c’est bien l’École. Sa pièce maîtresse, l’Université, atteint son point critique. Écoutons ce cri d’alarme. Un professeur quitte sa chaire et la France – et dit sans fard pourquoi.
 

Aragon/Breton : médias contre médium, par Daniel Bougnoux

S’ils ne s’adonnent pas à la sociologie des médias, les médiologues ne peuvent ignorer les moyens d’information. D’autant que la question du journalisme pose celle de la militance et de notre rapport au présent. Le siècle et la règle : tension éthique, dilemme politique, et choix littéraire. Hier éclaire-t-il aujourd’hui ?
    
Irak : de l’info au credo, par François-Bernard Huyghe

Drame d’idées et de croyances, la guerre a toujours été au carrefour du technique et du religieux. Or les technologies de l’information et du faire-croire sont en pleine révolution. En conséquence de quoi les moyens militaires et le but de guerre ont changé, – jusqu’à l’absurde. Une analyse à longue portée.
    
Victoires et déboires du journal intime, par Jacques Lecarme

«  Le chanteur, non la chanson » : les moyens techniques du direct, du live et de l’immédiateté conspirent dans tous les domaines de création à mettre en valeur l’auteur, et son « vécu », bien plus que l’œuvre en sa distance. D’où un changement de portage dans le littéraire: correspondance et journaux intimes font fureur. Histoire d’une réhabilitation.
    
Questions d’un Huron sur le quai Branly, par Philippe Dubé

Machine à transmettre, le musée est aussi une machine à transformer un objet de croyance vécue en objet de spectacle ou d’étude. Jusqu’où aller dans cette métamorphose, quand c’est des peuples oubliés dont il s’agit ? En février 2006 s’ouvrira au quai Branly, en bordure de Seine, un magnifique musée, consacré aux arts dits primitifs. Un spécialiste canadien s’en inquiète déjà.

Le portrait de l’Empereur, par Hidetaka Ishida

«  Technique occidentale, âme japonaise. » Le slogan de l’ancien empire du Soleil Levant pose le problème médiologique par excellence : quel effet a une innovation technique sur une tradition politique et culturelle ? La transformation par la photo du portrait de l’Empereur, à la fin du XIXe siècle, fait une bonne leçon de choses.
    
Droit d’auteur contre brevet

Conseil général des technologies de l’information (CGTI)
Du technique au juridique, il n’y a qu’un pas. Et un changement du droit modifie les rapports de puissance. L’informatique a changé la donne de la propriété intellectuelle. L’extension du domaine du brevet, au profit des firmes nord-américaines, met l’Europe en danger.
    
BONJOUR L'ANCÊTRE
Ici, contre l’amnnésie et la désinvolture, un médiologue d’aujourd’hui célèbre un maître d’hier oublié ou méconnu.

Proudhon et les chemins de fer, par Robert Damien

Au contraire de la sociologie, et comme l’attestent les numéros des Cahiers de Médiologie sur la route (n° 2), Anciennes nations, nouveaux réseaux (n° 3), la bicyclette (n° 5), l’automobile (n° 12), la médiologie a toujours accordé la plus grande importance aux moyens de transport. La notion de médiasphère, par exemple, ou milieu de transmission culturelle historiquement déterminé, inclut les systèmes de transport physique en vigueur. La domestication du temps ne peut ignorer celle de l’espace. Sur cette voie, un prédécesseur…

SALUT L'ARTISTE
Ici, contre modes et paresses, un coup de projecteur éclaire un coin d’ombre dans la forêt des formes actuelles.

Jean-Louis Faure

Le petit-fils du grand historien de l’art Élie Faure (1873-1937) pratique la sculpture à texte. Ce faisant, il ne déroge pas à la grande lignée familiale. Il la détoge. Il a remplacé la pompe rhétorique du grand-père par la pompe à vélo. Rébus, calembour visuel, clin d’œil et parodie, Jean-Louis Faure, croisement de Raymond Aron et de Marcel Duchamp, construit des machines célibataires, automates producteurs d’imaginaire et d’intelligence mêlés. Pudique et facétieux, il dresse en trois dimensions le catalogue « Bourdes et Crimes du Siècle », comme d’autres, jadis, les Armes et Cycles de Saint-Étienne. Cela tient du pamphlet, de la confidence, et du cérémonial. Nous qui aimons le mélange des genres, et défendons le droit à l’humour noir, nous tenons à saluer les noces bariolées de la gravité et du cocasse. Cet artiste original et pas assez connu (sauf des happy-few), notre facteur Cheval de demain, la culture en plus, a inventé le tragique farceur. Son seul défaut : ses délires font sens, et ses parodies, réfléchir. Peut-être, nonobstant, un commissaire de l’art franchira-t-il un jour sa porte.
    

UN CONCEPT
Un peu de logique s’il vous plaît. Place à une notion fondamentale et fondatrice sévèrement résumée. Parce que la médiologie ne se sait pas science, elle s’exige rigueur et cohérence.

Médium

«  Médium : (-dyom’). n. m. (XVIe s., « moyen », « milieu »; mot empr. au lat.)
1° Mus. (1792). Étendue de la voix, registre des sons entre le grave et l’aigu.
2° T. de Spiritisme. (1857 en franç.). Personne douée du pouvoir de communiquer avec les esprits.
3° Log. Moyen terme.
4° Néol. T. de Peinture. Tout liquide servant à détremper les couleurs (huile, essence, etc.). »
      

Comité de rédaction

Directeur : Régis Debray
Rédacteur en chef : Paul Soriano
Secrétariat de rédaction : Isabelle Ambrosini
Comité de lecture : Pierre-Marc de Biasi ; Jacques Billard ; Daniel Bougnoux ; Pierre Chédeville ; Jean-Yves Chevalier ; Robert Damien ; Robert Dumas ; Pierre d’Huy ; Michel Erman ; Françoise Gaillard ; François-Bernard Huyghe ; Jacques Lecarme ; Hélène Maurel-Indart ; Michel Melot ; Louise Merzeau ; Antoine Perraud ; France Renucci ; Monique Sicard.   

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus