Exposition L'âge d'or de la peinture anglaise. De Reynolds à Turner

Une exposition présentée au Musée du Luxembourg, Paris (11 septembre 2019 - 16 février 2020)

Publié le mardi 17 septembre 2019



Au travers de chefs-d’œuvre de la Tate Britain, l'exposition du musée du Luxembourg met à l’honneur un moment phare de la peinture anglaise, peu représentée dans les collections publiques françaises. Elle s’ouvre sur un face à face entre Reynolds et Gainsborough qui inaugure cet âge d’or.


Les années 1760, au début du règne de George III, ont marqué un tournant pour l’art britannique, avec l’ascension triomphante de Joshua Reynolds (1723-1792) et de Thomas Gainsborough (1727-1788), ainsi que la fondation de la Royal Academy of Arts dont Reynolds fut le premier président.

L’exposition s’ouvre par la confrontation des deux peintres, à travers des portraits en pied et des études intimistes. À eux deux, ils ont redéfini l’art britannique.

Leur influence durable est explorée à travers une sélection de portraits majeurs réalisés par leurs concurrents directs ou par leurs disciples, notamment John Hopper, William Beechey et Thomas Lawrence. Soutenue par le roi, mais aussi et surtout par les acteurs du commerce et de l’industrie, la peinture britannique s'est alors épanouie dans une diversité de styles.

Reynolds, en tant que Président de la Royal Academy, définit de nouvelles ambitions pour l’art britannique, centrées sur la peinture d’histoire,  même s’il constatait lui-même que les mécènes étaient rarement enclins à soutenir ce genre si noble.

Les portraits, les paysages et les scènes de la vie quotidienne prospéraient en revanche, et la variété même de l’art britannique dans ces domaines semblait relever d’un génie propre au pays. L’époque a vu naître un nouveau regard sur l’enfance, les représentations de la famille et de l’innocence enfantine illustrent alors une nouvelle compréhension de la nature et de l’émotion.

La dernière partie de l’exposition présente les artistes britanniques qui ont fait évoluer la figuration narrative pour l’emmener vers le sublime. Les travaux d’Henri Fuseli, de John Martin et de P.J. De Loutherbourg, ainsi que l’oeuvre de J.M.W. Turner, ont ouvert la voie à une nouvelle conception de l’art comme support de l’imaginaire.

Informations pratiques :
• Catalogue d'exposition L'âge d'or de la peinture anglaise. De Reynolds à Turner, Ed. Réunion des musées nationaux - Grand Palais
• Musée du Luxembourg : 19, rue Vaugirard, 75006 Paris
• Horaires : ouvert tous les jours de 10h30 à 19h, nocturne les lundis jusqu’à 22h00.
• Tarif : 13 €, tarif réduit 9 €. Tarif spécial jeune 16-25 ans : 9 € pour 2 personnes du lundi au vendredi après 16h, gratuit pour les moins de 16 ans, et bénéficiaires des minima sociaux.
• Accès : métro St Sulpice ou Mabillon, Rer B Luxembourg, Bus : 58 ; 84 ; 89 ; arrêt Musée du Luxembourg / Sénat.

Commissariat d'exposition : Martin Myrone, conservateur en chef, Tate Britain Cécile Maisonneuve, conseiller scientifique, Réunion des musées nationaux -Grand Palais scénographie : Jean-Paul Camargo – Saluces.

Turner, The Destruction of Sodom,
Photographed in situ at Tate Britain


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris