Lettre d'information

Prix réduit Musicircus. Oeuvres phares du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne

Musicircus. Oeuvres phares du Centre Pompidou, Musée national d'art moderne

Arts et Musique - Editions Centre Pompidou Metz - Cartonné - 142 pages - Textes en Français - Publié en 2016

Musicircus, explore les liens entre arts visuels et musique à travers une quarantaine d’œuvres « phares » de la collection du Centre Pompidou, Musée national d’art moderne.

Expédié sous 3 à 6 jours

11,39 €

27,49 €

-16,10 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782359830422
Artiste-Genre Arts et Musique
Auteur(s) Emma Lavigne, Anne Horvath
Editeur(s) Centre Pompidou Metz
Format Cartonné
Nb. de pages 142
Langue Français
Dimensions 280 x 240
Date parution 2016
Musée Centre Pompidou Metz

Catalogue de l'exposition Musicircus, présentée au Centre Pompidou-Metz (20 avril 2016 - 17 juillet 2017)

L'exposition est inspirée de l’esprit de jubilation insufflé par la performance Musicircus, réalisée en 1967 par John Cage, qui souhaitait « rapprocher les unes des autres toutes les musiques qui sont ordinairement séparées »

Le parcours propose une relecture de l’histoire de l’art à travers le prisme musical, posant les jalons de quelques grands courants artistiques qui ont marqué l’art moderne et contemporain.

Du début du XXe siècle à nos jours, le parcours interroge la pratique d’artistes célèbres – musiciens amateurs (Vassily Kandinsky jouait du violon) ou mélomanes (Sol LeWitt possédait des centaines d’enregistrements dans sa collection) – dont l’œuvre a été influencé par la musique. Après avoir souligné le caractère primordial de la notion de rythme dans la naissance de l’abstraction, puis les concordances entre musicalité et mouvement, l’exposition évoque les correspondances entre écritures plastiques et musicales à l’aube du minimalisme.

Parmi les chefs-d’œuvre présentés à cette occasion, la toile La Noce de Marc Chagall, la reconstitution du « Salon de réception » par Vassily Kandinsky pour l’exposition de la Juryfreie Kunstschau au Glaspalast de Berlin en 1922, véritable symphonie dans l’espace, ou encore le majestueux mobile d’Alexander Calder, 31 janvier, déploient leur poésie dans la Grande Nef.

De riches ensembles documentaires – partitions, vidéos, photographies, écrits théoriques ou poétiques, dessins préparatoires, etc. – ponctuent la visite en offrant une immersion au cœur du processus créatif.

La musique qui a nourri l’imaginaire des artistes accompagne cette déambulation, invitant à composer au gré de ses envies une visite sensible. La Grande Nef devient ainsi un laboratoire de la création sous toutes ses formes, rythmé par un programme de performances et de concerts au cœur de l’exposition.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus