Lettre d'information

Jacob van Loo, 1614 - 1670

Jacob van Loo - Editions Arthena - Ouvrage relié - 280 pages - Textes en Français - Publié en 20/02/2011

L'ouvrage révèle un peintre d'exquis raffinement, superbe coloriste, menant l'essentiel de sa carrière à Amsterdam où il connaît un grand succès dès le début des années 1640. 

Expédié sous 3 à 6 jours

81,52 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence LIV_9782903239442
Artiste-Genre Jacob van Loo
Editeur(s) Arthena
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 280
Langue Français
Dimensions 320 x 240
Technique(s) 291 illustrations dont 69 en couleurs
Date parution 20/02/2011

Jacob van Loo, né en 1614, mène l’essentiel de sa carrière à Amsterdam où il connaît un grand succès dès le début des années 1640.

Porté à l’origine vers la peinture d’histoire inspirée des peintres prérembranesques, il s’illustre de façon originale dans la peinture de genre à sujets galants qui rivalise avec ceux de Vermeer, de Metsu et de Ter Borch, les précédant même – tel le Couple amoureux dans un intérieur, chef d'oeuvre du Mauritshuis de La Haye –, et dans de remarquables tableaux de famille proches de ceux de Thomas de Keyser, le grand portraitiste alors à la mode.

Une riche diversité d’inspiration entre portraits d’ostentation plutôt mondains et aristocratiques, scènes de genre raffinées et bacchanales aux nudités appuyées et stylisées sur fond de paysage, compose avec une belle et forte unité de style : la suavité du coloris et le rendu somptueux et caressant des étoffes soyeuses relient la Magdalena Stockmans de Cologne au Zorobabel d’Orléans ; une splendide plénitude de clarté caresse et modèle, sous une franche lumière blonde, les parfaites nudités des intemporelles Diane et Callisto.

La délicatesse des fonds de paysage est commune aux scènes de genre, aux fables pastorales et aux bacchanales et un réalisme animalier marque les évocations bibliques, les scènes mythologiques et nombre de portraits comme celui du charmant Jeune garçon et son chien de Gray.

On découvre dans l'oeuvre de Van Loo une rhétorique toute baroquisante ainsi que des gestes et des attitudes qui affectent les nobles modèles des portraits autant que les figures nues d’une éternelle Arcadie.

À la suite d’une rixe où il est poursuivi pour assassinat, Van Loo doit quitter Amsterdam au début des années 1660 et se réfugie à Paris avec sa famille où il renoue rapidement avec le succès ; élu membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1663, il s’oriente résolument vers le portrait et reçoit de nombreuses commandes jusqu’à sa mort en 1670, de la famille royale comme des membres éminents de la colonie hollandaise de Paris.

Jacob van Loo est aussi le fondateur de l’une des plus brillantes dynasties d’artistes français qui, durant plus d’un siècle, sera active dans toutes les grandes cours européennes : de son fils Abraham-Louis (1652-1712) à ses petits-fils Jean-Baptiste (1684-1745), peintre d’histoire et
de portraits à Paris et Londres et Carle (1705-1765), peintre du roi de France en 1762, « premier peintre de l’Europe » selon Grimm et à ses arrière-petits-enfants : Louis-Michel (1707-1771), portraitiste de la cour d’Espagne et Charles-Amédée (1719-1795), peintre du roi de Prusse en 1748.

À ce titre, la parution française d’une première monographie de Jacob van Loo est parfaitement justifiée ; elle était attendue de longue date par les amateurs d’art et les historiens. Préface par Jacques Foucart, conservateur général honoraire des musées de France.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus