Lettre d'information

Leyli et Majnûn de Jâmi - Illustré par les miniatures d'Orient

Miniatures d'Orient - Editions Diane de Selliers - Relié sous coffret - 432 pages - Textes en Français - Publié en 2021

Au XVe siècle, l’un des plus grands poètes persans, Jâmi, s’empare du récit légendaire de Leyli et Majnûn et en livre une interprétation aux accents mystiques, enrichie de spiritualité soufie. L'ouvrage est illustré de 180 miniatures persanes, mogholes, indiennes, ottomanes et turques du XIVe au XIXe siècle.

Prix Spécial du Livre d'Art d'Ajaccio 2022

236,97 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782364371200
Artiste-Genre Miniatures d'Orient
Auteur(s) Amina Taha-Hussein Okada, Patrick Ringgenberg, Leili Anvar
Editeur(s) Diane de Selliers
Format Relié sous coffret
Nb. de pages 432
Langue Français
Dimensions 330 x 245
Technique(s) 180 illustrations
Date parution 2021
Poids 3.5

Dans le désert d’Arabie où l’histoire prend place, un poète nommé Qeys aime passionnément une jeune femme, Leyli. Il va devenir majnûn, « le fou » en persan. Envoûté par la beauté de Leyli, Qeys chante son amour à la face du monde. Si, en ce premier siècle de l’Islam, les jeunes gens sont libres de se fréquenter, de se voir et de se parler, la célébration publique de la beauté de Leyli est vécue par le père de cette dernière comme un déshonneur qui interdit tout espoir de mariage.

L’éloignement forcé, l’interdiction de voir et de parler à sa bien-aimée font alors sombrer Qeys – devenu Majnûn – dans la folie. Changé à tout jamais par son amour, il erre dans le désert, peuplant sa solitude des seuls mots de sa poésie. Détaché des biens terrestres, il apprend à se dépasser pour atteindre, par un autre chemin, le bonheur absolu.

Le récit est illustré de miniatures provenant de somptueux manuscrits produits entre le XIVe et le XIXe siècle au sein des cours royales et princières de culture persane et ottomane, de Chiraz à Ispahan, Istanbul et jusqu’à l’Inde avec ses écoles mogholes et du Deccan.

La traduction de Leili Anvar révèle le souffle et l’âme de ce poème.

Patrick Ringgenberg, historien de l’art et des religions, chercheur associé à l’Université de Lausanne, et Amina Taha-Hussein Okada, conservateur général du patrimoine, en charge des arts de l’Inde au musée national des arts asiatiques - Guimet, ont sélectionné et commenté ces chefs-d’œuvre des livres enluminés.

• Sélection "J'aime Le Livre d'Art 2022"

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus