Lettre d'information

Prix réduit Gala Dali, égerie de l'art moderne

Gala Dali, égerie de l'art moderne

Gala (1884-1982), Salvador Dali (1904-1989) - Editions La Martinière - Ouvrage relié - 190 pages - Textes en Français - Publié en 04/10/2012

Égérie surréaliste, secrète, mystérieuse, énigmatique, Gala n'a pas laissé d'oeuvre, ni rédigé ses mémoires, mais elle constatait : " Je suis la femme qui a le plus compté dans l'art moderne ". 

Produit indisponible

18,48 €

-50%

36,97 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782732451381
Artiste-Genre Gala (1884-1982), Salvador Dali (1904-1989)
Editeur(s) La Martinière
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 190
Langue Français
Dimensions 290 x 230
Date parution 04/10/2012
Poids 1.450
Afficher le lien de contact Oui

Son destin, elle se l'est forgé à travers les hommes de sa vie : ses deux maris, Paul Eluard et Salvador Dali, son amant Max Ernst. Femme-miroir, elle était aussi femme-orchestre, à la fois leur inspiratrice, leur source de vie, leur soeur, leur mère, leur amante, leur épouse...

Incroyable accoucheuse de talents, on peut affirmer qu'Eluard, et surtout Dali, sont l'oeuvre de Gala. Avec Dali, dont elle fut, outre l'agent publicitaire et le conseiller financier, l'ange gardien, mieux un rempart contre sa folie, elle forma un couple cosmique durant 53 ans.

Née en 1894, elle traversa des mouvements littéraires (dadaïsme, surréalisme) et les deux guerres. Aventurière, n'ayant pas peur des ruptures, elle connut l'exil à plusieurs reprises quittant Moscou pour Paris, Paris pour Cadaqués, Cadaqués pour New York, aussi à l'aise dans sa maison de pêcheur que dans un palace, aussi élégante en short-espadrilles qu'en Chanel.

Plus rebelle que jolie, avec sont port de tête fier, ses yeux " perce-murailles ", elle vécut en reine de coeur (séductrice jusqu'à la fin de sa vie avec de très jeunes gens...), indifférente aux mauvaises langues qui la voulait calculatrice et cupide, passant de reine de Paleuglnn selon Eluard à reine de Pubol, le château que Dali lui offrit et où elle repose (1982) .

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus