Lettre d'information

L'Ecole de la liberté - Etre artiste à Paris 1648-1817

Editions ENSBA - Ouvrage broché - 343 pages - Textes en Français - Publié en 10/11/2009

L’école des beaux-arts de Paris conserve des milliers de peintures, gravures et sculptures produites par ses élèves et ses maîtres au temps où elle était une école royale. En effet en 1648, les artistes parisiens s’étaient placés sous la protection du souverain, au risque de devenir ses courtisans.

 

Catalogue de l'exposition "L'Ecole de la liberté - Etre artiste à Paris 1648-1817" présentée à l'ENSBA, Paris (20 oct. 2009 - 10 janv. 2010).

Expédié sous 3 à 6 jours

38,48 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782840563150
Editeur(s) ENSBA
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 343
Langue Français
Dimensions 289 x 226
Date parution 10/11/2009
Poids 1.8

L'Ecole des beaux-arts de Paris tire son origine d'une institution mal connue du grand public : l'Académie fondée en 1648 par la protection royale de Louis XIV. Les artistes réunis dans l’Académie Royale se placent en dehors des règles commerciales, dans un statut indépendant octroyé et protégé par le roi et sa bonne ville de Paris.

Avec le temps, le mot académie est devenue synonime de conservatisme et de soumission. Or l'histoire de l'Ecole académique fourmille de personnalités et d'oeuvres révolutionnaires en leurs temps et irrévérencieuses envers les pouvoirs.

Rien de plus français et parisien que de violer toutes les consignes officielles, au nom du talent. Contre ses règlements, l'Académie accueille des protestants, des femmes...

Contre leur propre doctrine qui impose la représentation du seul corps masculin nu, les artistes dessinent, sculptent ou peignent, outre des femmes, des natures mortes, des paysages, des fantaisies. Les oeuvres libertines, présentées dans les Salons, ont l'honneur d'être condmanées par l'archevêché, défendues ou éreintées par Diderot et finalement répandues par la gravure.

Plus de 300 illustrations couleurs. Une iconographie exceptionnelle, présentant de nombreuses œuvres inédites. Textes et notices par les commissaires de l’exposition, Anne-Marie Garcia et Emmanuel Schwartz, conservateurs à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts.

> Détails de l'exposition sur ArtActu.com

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus