Lettre d'information

En quête de pouvoir - De Rome à Lugdunum

Art & Histoire - Editions Snoeck / Musée Lugdunum - Ouvrage broché - 224 pages - Textes en Français - Publié en 2021

L'exposition créée par le musée Lugdunum, sous le commissariat de Patrice Faure et de Frédéric Hurlet, a pour thème les modalités d'accession au pouvoir sous le Principat à travers le phénomène de l'usurpation.

28,44 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9789461616876
Artiste-Genre Art & Histoire
Auteur(s) Patrice Faure, Frédéric Hurlet,
Editeur(s) Snoeck / Musée Lugdunum
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 224
Langue Français
Dimensions 280 x 240
Date parution 2021
Musée Musée Lugdunum, Lyon

Catalogue de l’exposition En quête de pouvoir. De Rome à Lugdunum, présentée au Musée Lugdunum , Lyon (6 octobre 2021 - 27 février 2022).

Le point de départ est la guerre civile de 193-197. Le principat d'Auguste est un régime issu des guerres civiles qui prétend restaurer la res Publica et la concorde civique. Foncièrement ambigu, ce régime n'affiche pas son essence monarchique et n'établit pas à ce titre de principe de succession héréditaire, créant ainsi un terreau favorable à la guerre civile au moment où la dynastie s'éteint, en 68, 96 et 192.

Entre 193 et 197, entrent en scène tous les organes du pouvoir à Rome et dans les provinces, proclamant et défaisant des empereurs : armée (garde prétorienne et légions), Sénat, peuple romain, élites provinciales et chevaliers. L'exercice du pouvoir dépend de la capacité du prince à établir un consensus entre tous ces acteurs.

Le 31 décembre 192, l'empereur Commode meurt sans avoir désigné de successeur. Cet événement déclenche une crise politique conduisant à une guerre civile. Publius Helvius Pertinax est tout d'abord désigné par le Sénat pour succéder à l'empereur, mais il est rapidement assassiné par la garde prétorienne. Quatre prétendants au pouvoir s'affrontent alors : Didius Julianus successeur accepté par le Sénat, dont la légitimité est remise en cause par Caius Pescennius Niger, légat de Syrie d'une part et Septime Sévère, légat de Pannonie alors allié à Décimus Clodius Albinus, légat de Bretagne d'autre part.

Cette exposition temporaire comporte 80% de prêts nationaux (Musée du Louvre, musée départemental Arles antique etc.) et 20% européens (Kunsthistorisches Museum de Vienne, Musei Vaticani, Musei Capitolini et Palazzo Massimo à Rome). Un véritable travail coopératif inter-musées a ainsi été mené par les commissaires d’exposition et les régisseurs de collections pour proposer une vingtaine de pièces d’exception, parmi lesquelles deux statues « monumentales » de l’empereur romain Auguste et de son épouse Livie (Louvre) ou encore les Insignes Impériaux (Musées du Vatican).

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus