Lettre d'information

La Chine rêvée de François Boucher - Une des provinces du rococo

François Boucher - Editions In Fine / Musée des Beaux-arts et d'archéologie de Besançon - Brochée avec grands rabats - 288 pages - Textes en Français - Publié en 2019


L'histoire du marché de l'art en France dans les années 1730-1750 témoigne du goût grandissant pour les objets chinois et japonais. François Boucher est un acteur à part entière de ce marché.

> Feuilletez l'ouvrage

1 article en stock : expédié le jour-même (commande avant 14h00)

27,49 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782902302291
Artiste-Genre François Boucher
Auteur(s) Sous la direction de Yohan Rimaud et Alastair Laing
Editeur(s) In Fine / Musée des Beaux-arts et d'archéologie de Besançon
Format Brochée avec grands rabats
Nb. de pages 288
Langue Français
Dimensions 280 x 220
Technique(s) Illustrations : 270
Date parution 2019
Musée Musée des Beaux-arts et d'archéologie de Besançon

Catalogue de l'exposition La Chine rêvée de François Boucher - Une des provinces du rococo , présentée au Musée des Beaux-arts et d'archéologie de Besançon (8 novembre 2019 - 20 mars 2020).

Avant de devenir le peintre des petits cartons de la seconde Tenture chinoise et l'auteur de luxueuses peintures à la chinoise, François Boucher a découvert l'Asie d'abord par les objets, c'est-à-dire leurs matériaux et décors, chez les marchands et dans la collection qu'il débuta au cours des années 1730.

Le catalogue présente des objets d'art asiatiques et européens, des dessins, estampes, peintures et tapisseries, qui permettent d'évoquer de manière inédite la culture visuelle de François Boucher, la pratique d'un artiste-collectionneur parisien du milieu du XVIIIe siècle et, finalement, une parenthèse formidablement créatrice de dix ans dans la carrière du peintre.

Le musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon conserve un ensemble de 10 modelli peints par François Boucher en 1742 pour servir de modèles aux lissiers des ateliers de Beauvais, qui créèrent ainsi la seconde Tenture chinoise. Cet ensemble constitue le point de départ d'une réflexion sur la place de la Chine dans l'art de Boucher.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus