Lettre d'information

La Sainte Madeleine de Quentin Metsys

Editions RMN - Broché - pages - Textes en Français - Publié en
Inconnue des spécialistes anciens, la Sainte Madeleine du Musée Royal d'’Anvers, s’'insère avec éclat dans la collection du musée du Louvre pour montrer la cohérence, sous des allures très diverses, de la manière de Metsys, qui a bien souvent trouvé sa modernité dans un apparent archaïsme...

Expédié sous 3 à 6 jours

12,80 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782711853335
Editeur(s) RMN
Format Broché
Langue Français
Dimensions 140 x 215 millimètres

Acquise en 1840 auprès du marchand Nieuwenhuys par James de Rothschild et restée depuis dans cette illustre collection, la Sainte Madeleine de Quentin Metsys (Louvain, vers 1465-1466-Anvers, 1530) a rejoint aujourd'hui les collections du Louvre. Comme celle du musée d'Anvers, plus petite et vraisemblablement antérieure, cette Sainte Madeleine de Metsys correspond au développement d'une iconographie liée à la pensée érasmienne : le geste de l'ouverture du vase, allusion au vase de parfum dont elle oignit les pieds de Jésus lors du repas chez Simon, symbolise l'ébauche de sa conversion. Son élégance de courtisane, soulignée par un léger déhanchement, est contrebalancée par le mouvement de son âme, exprimé par son geste retenu et son expression de méditation intérieure.

Sans doute datable vers 1515-1520, elle apporte à la collection du Louvre, déjà riche de trois tableaux de Metsys, un exemple de son art au plus proche du maniérisme anversois par sa grâce affectée et chatoyante, mais bien distinct de lui par son calme et sa monumentalité. Inconnue des spécialistes anciens, la Sainte Madeleine du Musée Royal d'Anvers, que le Louvre a eu l'occasion d'acquérir en 2006, s'insère avec éclat dans la collection du musée pour montrer la cohérence, sous des allures très diverses, de la manière de Metsys, qui a bien souvent trouvé sa modernité dans un apparent archaïsme. Son attribution à Metsys et sa situation au sein de l'oeuvre du peintre comme dans le panorama de la peinture des Pays-Bas du premier quart du XVIe siècle sont le propos de cette étude. Trésor national acquis grace au mécénat du Groupe Crédit Immobilier de France et à un apport exceptionnel du Fonds du patrimoine.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus