Joseph–Benoît Suvée (1743–1807)

Joseph–Benoît Suvée - Editions Arthena - Ouvrage relié - 440 pages - Textes en Français

Dessinateur hors pair, peintre délicat et novateur, pédagogue reconnu, Joseph–Benoît Suvée (1743–1807), artiste européen entre Bruges, Paris et Rome, appartient pleinement au monde des Lumières.

> Exposition Joseph–Benoît Suvée (1743–1807). De Bruges à Rome, un peintre face à David, présentée au musée des Beaux-arts de Tours (21 octobre 2017 - 22 janvier 2018).

129,00 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Ajouter à mes favoris

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis

Noter / écrire un commentaire
Référence LIV_9782903239602
Artiste-Genre Joseph–Benoît Suvée
Auteur(s) Sophie Join-Lambert et Anne Leclair
Editeur(s) Arthena
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 440
Langue Français
Dimensions 320 x 240
Technique(s) Plus de 400 illustrations
Date parution 2017

Formé à Bruges, Joseph–Benoît Suvée se perfectionne à Paris dans l’atelier de Bachelier. En 1771, il est lauréat du Grand Prix de l’Académie, devançant David qui lui en gardera une rancune tenace.

À Rome, le pensionnaire de l’Académie de France montre une vive curiosité pour les sites antiques. Il réalise de très nombreux dessins dont certains, admirables, révèlent un des dessinateurs les plus doués de sa génération. En 1779, de retour à Paris, il est reçu à l’Académie royale. Il jouera désormais un rôle de premier plan.

Les tableaux qu’il expose régulièrement au Salon de 1779 à 1796 témoignent d’une adhésion sans réserve au néoclassicisme. Certaines oeuvres remportent un vif succès, qu’il s’agisse de tableaux d’histoire nationale, d’histoire antique ou de tableaux religieux. Parallèlement, il peint de nombreux portraits avec un réalisme émouvant, les plus célèbres étant ceux de ses compagnons d’infortune détenus avec lui pendant la Terreur dans la prison Saint-Lazare, en particulier celui du poète André Chénier.

En 1801, Suvée prend la direction de l’Académie de France à Rome. C’est sous sa houlette qu’une nouvelle génération d’artistes, parmi lesquels Ingres, complète sa formation.

Les auteurs : Docteur en histoire de l’art, conservateur en chef, directrice du musée des Beaux-Arts de Tours, Sophie Join-Lambert a été commissaire de nombreuses expositions en particulier Les peintres du Roi (2000) et L’Apothéose du geste, l’esquisse peinte au siècle de Boucher et Fragonard (2003-2004). Travaillant plus particulièrement sur le XIIIe siècle français, elle a publié le catalogue raisonné des Peintures françaises XIIIe siècle, du musée des Beaux-arts de Tours et du château d’Azay-le-Ferron (2008). Elle a réalisé en 2017 la première exposition consacrée à Joseph-Benoît Suvée.
Spécialiste de la peinture française du XIIIe siècle, Anne Leclair a publié une monographie sur le peintre Louis-Jacques Durameau (Arthena, 2001), couronnée par la Fondation del Duca. Ses recherches ont notamment porté sur la peinture d’histoire (cycle de la Vie de saint Louis à l’École militaire) et sur les décors peints de la Chancellerie d’Orléans ; elle a écrit des articles remarqués sur le marché de l’art et sur les cabinets d’amateurs au siècle des Lumières (Mariette, Choiseul et Voyer d’Argenson).

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus