Newsletter

Livre à dessiner de Pierre-Henri de Valenciennes

Pierre Henri de Valenciennes - Publisher Officina Libraria - Coffret - 192 pages - Text in Français

Reproduction fac-similé des 196 feuilles du carnet de dessins utilisé par Pierre Henri de Valenciennes lors de son voyage à Rome en 1778, et où se mêlent monuments antiques et paysages de la campagne romaine. 218 illustrations couleurs.

47,39 €

Only 0,01 € for Shipping on any order over 29€ in France

Customer ratings and reviews

Nobody has posted a review yet
in this language
Model 9788833670324
Artist Pierre Henri de Valenciennes
Author Juliette Trey, Pierre-Henri Valenciennes
Publisher Officina Libraria
Format Coffret
Number of pages 192
Language Français
Dimensions 110 x 290
Technique(s) Volume 1: Fac-similé du carnet ; Volume 2 : Etude

En 1778, le jeune peintre paysagiste toulousain Pierre Henri de Valenciennes se trouve à Rome où il fréquente de nombreux artistes étrangers venus se former, comme lui, au contact des monuments de la Rome antique et des œuvres des maîtres de la période moderne, mais aussi se confronter à la lumière italienne. Parmi eux, Jacques Louis David a une influence décisive sur le travail de Valenciennes.

Celui-ci développe pourtant un travail graphique qui lui est propre. Contrairement à la plupart des jeunes artistes, il ne fait presque pas de copies d’après l’antique ou les maîtres, mais il dessine des vues de Rome, ce «mélange d’antique et de moderne, cet assemblage d’irrégularité et de symétrie, d’incohérence et d’harmonie, de folie et de raison».

Les 96 feuillets du Livre à dessiner de P. Devalenciennes nous entraînent, dans un camaïeu épuré d’encre noire et grise, du port de Ripa Grande à la basilique Saint-Jean-de-Latran, du Ponte Molle au Vatican, en longeant les rives du Tibre ou en parcourant les différents quartiers de la ville. Valenciennes trace sur les pages du carnet les panoramas d’une ville rêvée, qu’il modifie sans scrupules pour composer des agencements de volumes, quitte à simplifier, à tronquer ou à déplacer les architectures. Loin de tout pittoresque, le dessinateur cherche un idéal : les pages du carnet ne sont qu’en partie le reflet de ses promenades romaines, et plusieurs d’entre elles présentent des compositions inventées en agençant différents motifs, des paysages «composés».

Juliette Trey a commencé à travailler en tant que conservatrice en 2007, au château de Versailles, où elle était chargée des peintures du XVIIIe siècle et des pastels. Elle a rejoint le département des Arts graphiques du musée du Louvre en 2013, en tant que conservatrice chargée des dessins français des XVIIe et XVIIIe siècles.

Reviews

Be the first to write your review !

Recently viewed items