Filippo et Filippino Lippi, la Renaissance à Prato

Paris, Musée du Luxembourg (25 mars - 2 août 2009)

Publié le mercredi 29 avril 2009



L'exposition réunit les plus grands chefs-d'oeuvre de la Renaissance pratoise réalisés par ses deux plus importants représentants, Filippo Lippi et son fils Filippino Lippi. Leurs oeuvres seront exposées à côté de celles réalisées dans les principaux ateliers artistiques de Prato par leurs nombreux collaborateurs et provenant aujourd'hui de lieux historiques de la ville et de ses alentours.


L'exposition est également l'occasion de présenter les nouveautés artistiques que ces deux artistes ont transmis aux peintres du territoire florentin durant leurs séjours à Prato. Filippo et Filippino Lippi (né à Prato vers 1457) furent au centre d'un passionnant réseau culturel qui anima le passage de la peinture du Quattrocento à celle du Cinquecento et créa des liens intenses, non seulement politiques mais aussi artistiques, entre les villes de Prato et de Florence.

Filippo Lippi (1406-1469), Fra Diamante (c. 1420, après 1498)Annonciation avec Saint Julien, c. 1460 (c) Archivio Museo Civico di Prato
Filippo Lippi (1406-1469), Fra Diamante (c. 1420, après 1498)
Filippo Lippi, frère carmélite dirigea, de 1452 à 1466, un atelier à Prato et il y réalisa la décoration à fresque du coeur du Duomo. De tempérament passionné et turbulent, il vécut en plein contraste avec la discipline de son ordre, aimant le Beau et la vie dans sa plénitude. Dans l'art du portrait, il excella grâce à l'intensité expressive de ses visages et à la précision de ses profils.

Fils de Filippo et de la religieuse Lucrezia Buti, échappée du couvent de sainte Marguerite à Prato en 1456, Filippino grandit à Prato. Au contact avec le travail de son père en tant qu'assistant, il participa dès l'âge de douze ans à l'achèvement des fresques du Duomo de Spolète, laissées inachevées par son père.

La relation entre Filippino et Botticelli est attestée à partir de 1472 : ce dernier se forma dans l'atelier de Filippo, qui lui apprit les premiers rudiments de la peinture. Puis, à son tour Filippino se forma dans l'atelier de Botticelli où il assimila également les éléments stylistiques de l'atelier de son père. Cette interpénétration stylistique explique la symbiose des langages qui lie la penture de Filippino à celle de Botticelli et ce, malgré les différences liées à leurs personnalités.

Maître de San Miniato (Lorenzo di Giovanni di Nofri)Vierge à l'enfant (1460-1490) (c) Archivio Museo Civico di Prato
Maître de San Miniato (Lorenzo di Giovanni di Nofri)
En s'inspirant des modèles de son père, les Vierges de Filippino exprimaient déjà la tension mystique et religieuse du dernier quart du XVe siècle dominé par la figure de Savonarole. Sa peinture, qui était, en outre, chargée d'implications ésotériques liées à la culture archéologique de son temps, exerça sur ses contemporains une influence déterminante, en particulier par l'utilisation récurrente des grotesques qui ouvrit la voie à l'émergence de la Maniera.

L'exposition présente une cinquantaine d'oeuvres dont les plus célèbres de la période pratoise de Lippi père; celles de ses plus proches collaborateurs, Fra Diamante et Domenico di Zanobi; une prédelle, oeuvre de jeunesse de Filippino réalisée en collaboration avec Fra Diamante ainsi qu'une oeuvre de maturité, le retable de la salle des Audiences encore jamais déplacé de son lieu d'origine.

Le parcours de l'exposition propose également des oeuvres de Tommaso di Piero dit Il Trombetto, de Girolamo Ristori, du Maître de Canneto et d'autres artistes stylistiquement et chronologiquement proches de Filippino, telles que Sandro Botticelli et Luca Signorelli, qui démontrent l'influence de l'atelier Lippi dans le développement d'un style nouveau et de la place de Prato au XVe siècle comme un des foyers artistiques les plus vivants et innovants de la Renaissance italienne. Extraits du texte de présentation de Cristina Gnoni Mavarelli, co-commissaire de l'exposition.

Commissariat d'exposition : Maria Pia Mannini, directrice du musée municipal de Prato (Toscane) et Cristina Gnoni Mavarelli, historienne de l'art, Surintendance du Patrimoine historique et artistique des régions de Florence, Prato et Pistoia.

Informations pratiques

 Catalogue d'exposition

 Musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard - Paris 6e.

 Accès métro : Saint-Sulpice, Odéon / RER B : Luxembourg.

 Horaires : Ouvert au public tous les jours. Le lundi, vendredi, samedi : 10h30 au 22h. Le mardi, mercredi, jeudi : 10h30 - 19h. Le dimanche : 9h30 au 19h. Vacances et jours fériés, ouvert au public dès 9h30.

 Tarif : 11€, tarif réduit : 9€ / 6€


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris