Exposition Les dames du baroque - Musée des Beaux-Arts de Gand

Une exposition présentée au musée des Beaux-arts de Gand (MSK), Belgique (20 octobre 2018 - 20 janvier 2019)

Publié le mardi 18 décembre 2018



Quel rôle les femmes artistes ont-elles joué dans l’Italie de la fin de la Renaissance et du Baroque? Quelle voie ont-elles empruntée dans un monde régi par les hommes? À travers une cinquantaine de tableaux, le musée met en lumière le rôle déterminant de la femme dans la pratique picturale italienne de 1550 à 1680.


Sofonisba Anguissola. La partie d’échecs (1555), Fondation Raczynski, Musée national de Poznan.

Dans les documents d’archives et la littérature, la figure d’Artemisia Gentileschi (1593-1652) occupe une place prépondérante. Formée à l’école du réalisme dramatique du Caravage, elle rivalisait directement avec ses collègues masculins.

Artemisia fut loin d’être la seule à défendre la cause de la « peinture féminine » et l'exposition élargit le propos aux circonstances dans lesquelles d’autres femmes artistes de la fin de la Renaissance et du baroque ont vécu et travaillé.

Lavinia Fontana, Autoportrait au clavicorde, 1577. Academia di San Luca, Roma

Sofonisba Anguissola (1532-1625), Lavinia Fontana (1552-1614), Fede Galizia (1578-1630), Orsola Maddalena Caccia (1596-1676), Giovanna Garzoni (1600-1670), Virginia da Vezzo (1601-1638) et Elisabetta Sirani (1638-1665), d’après les règles en vigueur, toutes ces femmes devaient se contenter de peindre des portraits et des tableaux symboliques de fruits et de fleurs. Mais elles se sont habilement jouées de ces restrictions, utilisant les thèmes qui leur étaient imposés comme de puissants instruments, elles ont fait montre d’une liberté remarquable face aux règles strictes des genres.

Les portraits et autoportraits qui se cachent inévitablement derrière leurs figures allégoriques, mythologiques et religieuses sont habités d’une présence naturaliste. Ce même naturalisme se retrouve dans leurs arrangements de fleurs et de fruits. Ces symboles traditionnels de fugacité des choses et de fécondité ont été transformés par elles en puissants instruments de transgression et d’opposition.

« Les Dames du Baroque » démontre comment ces peintres faisaient face aux restrictions de leurs temps de manière inventive.

Informations pratiques :
• Catalogue d'exposition Les dames du baroque. Femmes peintres dans l'Italie du XVIeme et XVIIeme siècle, éditions Snoeck
• Musée des Beaux-Arts de Gand : Fernand Scribedreef 1, Citadelpark - 9000 Gand, Belgique
• Ouvert du mardi au dimanche de 9h30 à 17h30 en semaine, de 10h00 à 18h00 les weekends et jours fériés. Fermé le lundi, le 25 et 26 décembre et le 1er en 2e janvier.
• Tarif : 8 €, TR 6 €


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions Internationales

Voir tous les articles de la rubrique Expositions Internationales