Lettre d'information

Léonard de Vinci - Réflexion sur l'esthétique léonardienne

Léonard de Vinci - Editions In Fine - Ouvrage broché - 160 pages - Textes en Français - Publié en 2019

Réflexions sur l’esthétique léonardienne est un essai sur les rapports entre la science et l’art, entre la théorie et la pratique dans l’œuvre de Léonard de Vinci.

23,70 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782902302116
Artiste-Genre Léonard de Vinci
Auteur(s) Annie Yacob
Editeur(s) In Fine
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 160
Langue Français
Dimensions 240 x 170
Date parution 2019

Au moment où Léonard de Vinci voit le jour en 1452, Florence est, depuis près d’un siècle, un vaste laboratoire d’expériences plastiques et scientifiques gravitant autour de la recherche de l’espace tridimensionnel.

Longtemps l’apanage des philosophes et des mathématiciens, la perspectiva, ou science de la vision, se répand dans les milieux artistiques. Les artistes tentent de trouver une méthode géométrique pour projeter les quantités apparentes sur un plan géométrique.

Léonard de Vinci, qui a pensé esthétiquement la science et scientifiquement l’esthétique, a toujours mêlé les différentes branches du savoir dans sa quête de la perfection : mathématiques, géométrie, optique, mécanique, physique…

En s’interrogeant sur tout, il a mis au point un mode de pensée révolutionnaire qui a affranchi la peinture de la servitude de l’artisanat pour l’élever au rang des arts libéraux grâce aux sciences.

Sommaire

Le contexte culturel et scientifique

I. LA PEINTURE EN TANT QUE SCIENCE
La pittura è cosa mentale
– Le rôle des mathématiques dans l’expérimentation
– Le beau : une réalité perfectionnée et ses limites
Le Paragone des arts
– Peinture/Poésie
– Peinture/Musique
– Peinture/Sculpture
L’œil, fenêtre de l’âme et miroir de la perspectiva
– Anatomie du crâne pour localiser l’âme
– Physiologie de l’œil pour définir le parcours des impressions visuelles : le rôle de la camera oscura

II. LES PERSPECTIVES DE LÉONARD
Léonard et la perspective albertienne ou perspectiva artificialis
– Les théories de l’intromission et de l’émission dans l’acte visuel
– Rayons et pyramides visuelles
– L’optique géométrique au fondement de la perspective artificielle
Le cas de la perspective curviligne ou synthétique
– Parallèles entre la mobilité du point, de la ligne et de l’œil
– La diminution des grandeurs visuelles en fonction de l’angle visuel
– Les déformations latérales causées par l’angle visuel : le cas de l’anamorphose
Léonard et la perspective aérienne ou atmosphérique
– Les composantes de l’atmosphère
– Parallèles entre atmosphère et camera oscura
– L’atmosphère prouve que l’œil ne connaît les limites d’aucun objet dans le lointain
– Les couleurs de l’atmosphère

III. À LA RECHERCHE DE L’ÉCLAIRAGE IDÉAL
La dialectique de l’ombre et de la lumière
– Le chiaroscuro
– Le sfumato
Les incidences de la lumière et de l’ombre sur la couleur et les reflets
– De la vraie couleur
– I riflessi, i lustri
La lumière particulière contre la lumière universelle
– Réactions de la pupille sous l’action de la lumière
– Parallèles entre pupille et atelier pour explorer le crépuscule
– Lumière particulière, lumière universelle ou lumière composée ?

La peinture élevée au rang des sciences

Les manuscrits de Léonard de Vinci

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus