Lettre d'information

Catalogue Masséot Abaquesne, l’éclat de la faïence à la Renaissance

Masséot Abaquesne - Editions RMN - Ouvrage broché - 160 pages - Textes en Français - Publié en 2016

Première grande rétrospectice française consacrée au faïencier rouennais Masséot Abaquesne, né vers 1500 à Cherbourg et mort en 1564 à Sotteville-lès-Rouen.

Expédié sous 3 à 6 jours

30,33 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782711863594
Artiste-Genre Masséot Abaquesne
Auteur(s) Thierry Crépin-Leblond, Aurélie Gerbier, Guillaume Fonkenell, Pauline Madinier-Duée, Bénédicte Guillot, Anne Bouquillon, Cécile Scalliérez, Nicolas Hatot, Jean Rosen, Élodie Vaysse, Marion Seure, Timothy Wilson Barrie and Deedee Wigmore Research Keeper
Editeur(s) RMN
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 160
Langue Français
Dimensions 280 x 220
Technique(s) 120 illustrations
Date parution 2016
Musée Musée de la Renaissance, Château d'Ecouen

Catalogue Masséot Abaquesne, l’éclat de la faïence à la Renaissance, présentée au musée de la Renaissance, Château d'Ecouen (10 mai - 3 octobre 2016), puis au musée de la Céramique, Rouen (20 octobre 2016 - 3 avril 2017).

On sait que Masséot Abaquesne prit part au développement de la manufacture de faïence de Rouen dont il devint directeur.

Ses premières oeuvres identifiées - pour le château d'Écouen - en 1542 sont l'expression d'une technique très maîtrisée et d'une connaissance approfondie du répertoire iconographique de la Renaissance italienne. Sa production de faïences proches des majoliques italiennes est l'une des premières apparues en France, 20 ans avant Bernard Palissy. Son œuvre la plus connue est le pavement exécuté en 1542 pour le château d'Anne de Montmorency, à Écouen; véritable tapis de faïence, dont une partie est toujours visible.

En 1545, il reçoit une commande de 4000 pots à pharmacie pour l'apothicaire rouennais Pierre Dubosc, dont de nombreux éléments nous sont parvenus.

En 1557, il livre à Claude d'Urfé, gouverneur du dauphin et des enfants de France, les pavements de la chapelle de son château situé dans la Loire. Ces pavements furent dispersés au XIXe siècle au sein de collections privées et publiques. Le musée du Louvre expose la partie la plus belle: le pavement de la marche de l'autel.

Dans cet ouvrage, la production d'Abaquesne, pavements et pièces de formes, est replacée dans le contexte plus large de la faïence de son temps. Les similitudes entre ses oeuvres et celles produites à Anvers sont mises en lumière afin de répondre à la question de sa formation: anversoise ou italienne? Directe ou réalisée au contact d'artistes étrangers installés en France?

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus