Art History

Home

    Florence et Bagdad, une histoire du regard entre orient et occident View larger

    Florence et Bagdad, une histoire du regard entre orient et occident

    Né dans la Florence de la Renaissance, le regard occidental a suscité un genre d'images absolument neuf, dont Hans Belting montre ici le caractère inédit, en le comparant au regard du monde islamique tel qu'il s'exprime dans son art et son rapport aux images.

    35,00 €

    Only 0,01 € for Shipping on any order over 29€ in France


    Publisher - Gallimard
    Format - Ouvrage broché
    Number of pages - 384
    Language - Français (traduit de l'allemand)
    Model LIV_9782070126422
    Artist Histoire de l'art, Orient et Occident
    Author Hans Belting
    Publisher Gallimard
    Format Ouvrage broché
    Number of pages 384
    Language Français (traduit de l'allemand)
    Dimensions 210 x 160
    Technique(s) 108 illustrations
    Published 05/07/2012
    Weight 0.772

    Il expose comment, à l'époque moderne, l'image occidentale dominante s'est constituée à travers un échange intensif avec la science et la culture arabes.

    Le regard perspectif, une des inventions majeures de la Renaissance, est à l'origine d'une rupture sans précédent dans l'histoire de l'art occidental.

    Le regard qu'exprime l'art islamique est tout différent  ; il n'est pas lié à un spectateur et à la place qu'il occupe dans le monde, mais il vise à se rapprocher du non-représentable en soi.

    Hans Belting ne se contente pas d'expliquer l'attitude critique de l'islam envers les images par l'interdit religieux, mais il fait intervenir les spécificités esthétiques, sociales et scientifiques de cette culture. Il parvient à proposer une interprétation neuve et fascinante de leurs arts respectifs en déplaçant continuellement son regard entre les mondes occidental et islamique.

    Sa comparaison magistrale place sous un jour nouveau, et surprenant, les parentés et les différences entre les modes de pensée occidental et oriental. Une iconographie remarquable illustre ces propos.