Laurent de La Hyre

Paris, musée du Louvre (25 juin - 21 sept. 2009)

Publié le mercredi 08 juillet 2009



L'exposition présente l'intégralité de la collection des dessins de Laurent de La Hyre conservés au musée du Louvre. L'artiste, également peintre et graveur, est considéré comme l'un des meilleurs dessinateurs du XVIIe siècle.


Cet artiste profondément chrétien, crée un style très personnel et très mesuré au même s'il subit les influences successives de l'école de Fontainebleau, des maniéristes et de l'antique au auquel s'ajoutent une connaissance précise de la perspective et une perception sensible de la nature.

Laurent de La Hyre (1606-1656)Saint Jean l'Evangéliste (c) Musée du Louvre, département des Arts graphiques
Laurent de La Hyre (1606-1656)
Ce sont toutes ces composantes, parfaitement équilibrées, que l'on retrouve dans les quarante huit oeuvres de cette exposition, exécutées sur plus de trente ans, et dont l'homogénéité est accentuée par la technique qu'il utilise pour ses dessins : la pierre noire, le pinceau et lavis, à l'exception d'un dessin à la sanguine.

Contrairement à de nombreux artistes, il ne va pas en Italie. Ainsi, l'influence de l'art de la Contre-Réforme lui est étrangère. La Hyre est réfractaire à la « grande manière » de Simon Vouet, omniprésent sur la scène artistique parisienne. La Hyre se rapproche le plus d'Eustache Lesueur (1616-1655). Il crée un style très personnel fait d'équilibre, de clarté et d'élégance.

À cela s'ajoute l'influence de Girard Desargues (1591-1661), fondateur de la géométrie projective, avec lequel il entretient une grande amitié, influence qui se remarque dans l'attention toute particulière de l'artiste pour la perspective et l'architecture.

Son inspiration est diverse qu'il s'agisse de thèmes mythologiques, littéraires, ou de paysages animés de personnages. La plus grande partie de son oeuvre est consacrée aux thèmes religieux inspirés par l'Ancien et le Nouveau Testament.

Laurent de La Hyre (1606-1656)Il préfère avant tout représenter l'histoire des saints, surtout ceux ayant pratiqué la Solitude et appartenant à des ordres mineurs, comme les Franciscains pour lesquels il travaille plusieurs fois en raison d'une inclination personnelle. L'exposition présente deux séries de dessins sur ce thème.

La première, Le cycle de la vie de saint Étienne, commandée en 1646, pour l'église Saint-Étienne-du-Mont à Paris, est une série de dessins préparatoires à des tapisseries destinées à décorer la nef de l'église.

La deuxième, Les esquisses pour la décoration du réfectoire du couvent des Minimes,
est une commande des pères Minimes du couvent de la place Royale à Paris (aujourd'hui détruit) destinée à décorer leur réfectoire. La commande de dix-huit figures de « patriarches » est d'abord adressée à Simon Vouet. Celui-ci meurt en 1649 et la commande échoit à La Hyre. Ces esquisses sont restées longtemps sans attribution. C'est Pierre Rosenberg et Jean-Pierre Cuzin qui les ont attribuées à La Hyre.

Note : les peintures de Laurent de La Hyre visibles dans les salles 19 et 25, aile Sully (proches de l'exposition), rendent compte du grand talent de coloriste de l'artiste.

Commissaire de l'exposition : Madeleine Pinault Sørensen, chargée d'études documentaires au département des Arts graphiques, musée du Louvre.

Informations pratiques

 Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Aile Sully, 2eme étage, salle 20 à 22.

 Horaires : Ouvert tous les jours, sauf le mardi, de 9h à 18h. Les mercredis et vendredis jusqu'à 22h.

 Tarif : Accès avec le billet d'entrée au musée - 9 € : plein tarif - 6 € : tarif réduit (les mercredis et vendredis après 18h). Gratuité : pour les moins de 18 ans, les chômeurs. Gratuit tous les 1er dimanches de chaque mois, Journées du Patrimoine.

- Catalogue d'exposition : Laurent de La Hyre, éditions 5 Continents.


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris