Exposition Madame Grès, la couture à l'oeuvre au musée Bourdelle

Une exposition présentée au musée Bourdelle, Paris (25 mars -24 juillet 2011)

Publié le mercredi 30 mars 2011



Madame Grès (1903-1993) fut un maître de la couture, elle était vu par ses pairs comme le génie tutélaire de la profession.


gres_EugneRUBIN_1946.jpgLe musée Galliera inaugure sa programmation hors les murs au musée Bourdelle avec la première rétrospective parisienne consacrée à Madame Grès (1903-1993).

L'exposition réunit quelque quatre-vingts pièces provenant du musée Galliera et de
collections privées, une cinquantaine de photographies originales ainsi qu'une centaine
de croquis extraits du fonds de dessins de la Maison Grès.

Le parcours traverse l'ensemble du musée Bourdelle permettant ainsi aux créations de Madame Grès de dialoguer avec les sculptures d'Antoine Bourdelle.

Retrouver le corps, accompagner le mouvement de la femme qui porte la robe, Madame Grès introduit du naturel, de la fluidité par la coupe, qu'elle dit maîtriser parce que précisément elle ignore les techniques strictes de la couture.

« Je ne connaissais pas le métier. coudre, couper. L'ignorance est quelque chose de très
important. elle a la pureté et l'innocence. Elle vous mène à tenter des choses que les
autres n'oseraient pas essayer. De toute façon, au début, je ne voulais pas de ce que faisaient les autres. Je n'en étais pas capable parce que je n'en avais pas la connaissance. C'est pour cette raison que j'ai pris le matériau et travaillé directement avec. J'ai utilisé les connaissances que j'avais, celles de la sculpture ». Madame Grès.

gres_croquis_soir_rouge_42.jpgA partir d'un vêtement qu'elle rêvait sans coutures, elle invente une économie de lignes et de volumes volontairement atemporelle.

C'est la structure, sans les ornements des vêtements persans, indiens, berbères que recherche Madame Grès. Elle interprète des pantalons turcs, des robes longues de princesses hindoues, des manches kimono sans s'égarer dans l'exotisme.

« La perfection est l'un des buts que je recherche, ne cesse-elle d'affirmer. Pour qu'une robe puisse survivre d'une époque à la suivante, il faut qu'elle soit empreinte d'une extrême pureté. C'est là le grand secret de la survie d'une création. »

Insensible aux engouements passagers, aux tendances qui marquent les collections d'une saison, elle préfère « sculpter » des pièces uniques dont le nombre fait collection. On reconnaît un chef-d'oeuvre de Madame Grès à sa pureté au l'apparente simplicité de son art dissimule toujours l'extrême complexité de son savoir-faire.

L'exposition réserve une place de choix aux pièces les plus emblématiques de la griffe :
les robes du soir au des drapés qui, en 1976, lui valurent un Dé d'or. Créées depuis les
années 30 jusque dans les années 80, toujours en jersey, souvent ivoire ou gris perle,
ces robes sculpturales traversent le temps sans pâlir. Les pièces de jour : robes et manteaux des années 50, 60 et 70, elles restent une référence pour les couturiers et les créateurs d'aujourd'hui.

Commissariat : Olivier Saillard, directeur du musée Galliera. Laurent Cotta, chargé de la création contemporaine.

Informations pratiques :

 Musée Bourdelle : 18, rue Antoine Bourdelle - 75015 Paris

 Accès métro : Montparnasse au Bienvenüe/Falguière. Bus : 28, 58, 91, 92, 94, 95, 96

 Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h sauf les jours fériés

 Prix d'entrée: Plein tarif : 7 Euros - Tarif réduit : 5 Euros - Tarif jeune (14-26 ans) : 3,50 Euros

 Catalogue d'exposition : Madame Grès, la couture à l'oeuvre, éd. Paris Musées.


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris