Exposition De Picasso à Séraphine. Wilhelm Uhde et les primitifs modernes - LaM

Une exposition présentée au LaM, Musée d'Art Moderne de Lille Metropole (29 septembre 2017 - 7 janvier 2018)

Publié le Monday 20 November 2017



Collectionneur, marchand et critique d'art, Wilhelm Uhde a été l'un des premiers amateurs du cubisme, avant de se battre pour la reconnaissance de ceux qu'il nomma les « primitifs modernes » : André Bauchant, Camille Bombois, Séraphine Louis, Henri Rousseau, Louis Vivin, entre autres...


lam1.jpgAndré Bauchant. La Jungle aux singes, 1924. Galerie Dina Vierny, Paris.
Collectionneur, marchand, commissaire d'exposition et écrivain d'art allemand Wilhelm Uhde (1874-1947) est un personnage singulier dans l'histoire de l'art de la première moitié du XXe siècle.

En suivant son parcours, depuis sa rencontre avec Picasso jusqu'à sa découverte de Séraphine Louis et au-delà, le LaM met en lumière une sélection d'oeuvres étonnantes provenant d'importantes collections publiques et privées, françaises et internationales.

Wilhelm Uhde s'installe à Paris en 1904 pour se consacrer à sa véritable passion, l'art d'avant-garde. Il assiste à la naissance du cubisme chez Picasso et Georges Braque et prend la défense du peintre Henri Rousseau, dit le Douanier.

lam3.jpgSéraphine Louis. Les Fruits, vers 1928. Don de Wilhelm Uhde en 1938. Musée de Grenoble.
Installé à Senlis en 1912, il découvre avec fascination les travaux de sa femme de ménage, Séraphine Louis, et entreprend de la faire connaître dans le cercle des amateurs d'art. La déclaration de guerre l'interrompt, citoyen allemand, donc ennemi, il quitte précipitamment la France, et sa collection est saisie, puis vendue. De retour en France au milieu des années 1920, désargenté, il se consacre pleinement à la reconnaissance de ceux qu'il nomme d'abord les « peintres du Coeur-Sacré », puis les « primitifs modernes ».

Uhde préfère appeler Henri Rousseau, André Bauchant, Camille Bombois, Louis Vivin et Séraphine Louis, des « primitifs modernes ». Aujourd'hui oubliés, à l'exception de Rousseau et de Séraphine, ils étaient dans les années 1930 au coeur des débats sur la peinture.

Là où d'autres critiques voyaient une forme de réalisme, un retour à une figuration traditionnelle rompant avec l'avant-garde, Uhde trouvait au contraire un mode de représentation suffisamment éloigné du réel pour entraîner le spectateur vers des contrées invisibles.

À travers l'exposition De Picasso à Séraphine, Wilhelm Uhde et les Primitifs modernes, le LaM se penche sur ce champ artistique souvent négligé et méconnu.

Informations pratiques :

 Exposition De Picasso à Séraphine. Wilhelm Uhde et les primitifs modernes, jusqu'au 7 janvier 2018.

 LaM : 1 allée du Musée - 59650 Villeneuve d'Ascq

 Horaires : Du mardi au vendredi de 11 h à 18 h. Samedi de 10 h à 21 h. Dimanche de 10 h à 18 h.

 Tarifs : Plein tarif : 10 €, TR 7 €.

 Catalogue d'exposition De Picasso à Séraphine. Wilhelm Uhde et les primitifs modernes, éd. LaM

Commissariat d'exposition : Jeanne-Bathilde Lacourt, conservatrice en charge de l'art moderne au LaM


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions en régions

Voir tous les articles de la rubrique Expositions en régions

Vos annonces
Mots clés

PayPal