Arts d'Afrique et d'Océanie - Chefs-d'oeuvre de la collection Barbier-Mueller

Paris, musée Jacquemart-André (du 19 mars au 24 août 2008)

Publié le jeudi 24 avril 2008



« Ce qu'il y avait de plus remarquable chez Josef Mueller, était cette intuition extrême qui lui a permis de déchiffrer les intentions de l'invention plastique de cultures lointaines, pour en reconnaître l'originalité. » Monique Barbier-Mueller, fille de Josef Mueller


Arts d'Afrique et d'Océanie(c) Musée Jacquemart-André
Arts d'Afrique et d'Océanie
Les oeuvres majeures et les pièces inédites de la collection Barbier-Mueller ne se sont jusqu'alors jamais côtoyées au sein d'une exposition célébrant tant leur beauté que leur histoire. A l'occasion des cent de la collection, la famille Barbier-Mueller accepte de rassembler, pour la première fois, tous ses chefs-d'oeuvre, le temps d'un grand événement.

L'exposition est l'occasion de découvrir des pièces qui, par leur beauté et leur sens, s'éclairent mutuellement et offrent au visiteur, néophyte ou passionné, l'occasion d'un voyage unique au coeur des arts d'Afrique et d'Océanie, organisé en grandes sections géographiques.

Tout au long de la première moitié du XXème siècle, les oeuvres d'Afrique et d'Océanie ont mis du temps à se faire admettre dans le cercle très fermé des Arts. Les collectionneurs privés, les anthropologues, les passionnés, tous ceux qui ont voulu protéger ce patrimoine des destructions entraînées par le temps et les conflits, ont favorisé une étude approfondie de ces objets utilitaires ou rituels, devenus oeuvres d'art à part entière.

Arts d'Afrique et d'Océanie(c) Musée Jacquemart-André
Arts d'Afrique et d'Océanie
L'exposition présente un remarquable éventail de visages et de corps sculptés (statues, masques, pendentifs, coiffes, cimiers, sceptres), aux expressions variées et énigmatiques, aux dimensions parfois imposantes. Les pièces exposées, tel le « sceptre au cavalier » du Nigeria daté du XIIème siècle, n'ont, pour la plupart, aucun équivalent référencé dans le monde. Ces chefs-d'oeuvre témoignent de la virtuosité créatrice et de la maîtrise technique des populations d'Afrique et d'Océanie. Ils célèbrent également le parcours éclairé de trois générations de collectionneurs.

Constituée par trois générations de passionnés, cette collection familiale unique voit le jour en 1907, lorsque Josef Mueller, âgé de 20 ans, achète au peintre Cuno Amiet La Jeune Fille à la capucine. Très vite, la collection de Josef Mueller s'étoffe et se diversifie. Son attrait pour les arts africains et océaniens l'incite à acquérir, au début des années vingt, des pièces considérées aujourd'hui comme des chefs-d'oeuvre. Sa fille Monique et son gendre Jean Paul Barbier- Mueller héritent de cette passion pour les arts non occidentaux et ouvrent successivement le musée Barbier-Mueller de Genève en 1977 puis celui de Barcelone en 1997. Leurs fils représentent aujourd'hui la troisième génération de collectionneurs.

Informations pratiques :

 Musée Jacquemart-André : 158, bd Haussmann, Paris 8e.

 Ouvert tous les jours de 10h à 18h. Cafétéria ouverte de 11h45 à 17h30.

 Accès : métro Miromesnil ou Saint Philippe du Roule. RER Charles de Gaulle - Etoile. Bus 22, 28, 43, 52, 54, 80, 83, 84, 93

 Tel : 01 45 62 11 59

 Arts d'Afrique et d'Océanie - Fleurons du musée Barbier-Mueller, édition Hazan


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris