Alfons Mucha (1860-1939)

Alfons Maria Mucha (1860-1939), est un peintre tchèque, fer-de-lance du style Art nouveau.

Après une enfance en Moravie et une première formation à Vienne et à Munich, Mucha entreprend des études de dessin à Paris, où il commence à se faire un nom en réalisant des illustrations de revues, journaux et livres. La grande Sarah Bernhardt, séduite par son style, assure son lancement et sa réputation et en fait, de 1894 à 1900, le créateur exclusif de ses affiches. Parallèlement Mucha s'intéresse à tous les arts : il s'associe avec le joaillier Georges Fouquet pour créer des bijoux, dessine meubles et objets d'arts et n'hésite pas à signer des affiches publicitaires assurant la réclame de Moët et Chandon, Heidsieck ou Nestlé. Bien que désormais célèbre grâce à l'Art Nouveau, Mucha, ancré dans le XIXe siècle reste attaché à la peinture d'Histoire. L'année 1900 marque un tournant : il obtient la médaille d'argent pour le décor du Pavillon de la Bosnie-Herzégovine à l'Exposition Universelle, ce décor spectaculaire sera pour la première fois en France remonté dans sa quasi intégralité et présentée à Montpellier. Elevé dans une foi fervente, profondément humaniste, il souhaite participer à l'élévation spirituelle de l'Homme et mettre son talent et sa passion au service de la cause de sa vie : un programme monumental dévolu à la gloire des peuples slaves. Alors qu'il se partage entre Prague, Paris et New-York, il ambitionne de devenir le héraut de sa patrie. Rencontré à New-York, Charles R. Crane, riche industriel et homme politique aux sympathies slavophiles, accepte de financer son projet. Entre 1912 et 1926, il achève le cycle de L'Epopée slave, soit 20 tableaux couvrant près de 1000 mètres carrés de toile peinte. A l'occasion de la fondation de la République tchécoslovaque en 1918, où il s'est installé, Mucha dessine les armes de la nouvelle nation, les premiers timbres-poste, des billets de banque… En 1939, il sera brièvement inquiété, à Prague, par l'occupant nazi, sans doute en raison de son appartenance à la franc-maçonnerie, avant de s'éteindre quelque mois plus tard en juillet. Après la guerre, le pouvoir communiste en place n'apprécie pas son art « bourgeois » et il faudra attendre les années 1960 pour que son oeuvre soit redécouverte, relayée par le regain d'intérêt que connaît alors l'Art Nouveau.

Rechercher "Alfons Mucha (1860-1939)" parmi les livres de DessinOriginal.com


Exposition Mucha

Le 12 septembre 2018

En retraçant la carrière de Mucha, la rétrospective du musée du Luxembourg veut restituer le portrait de cet artiste prolifique, mais également la diversité de son art et sa complexité artistique, politique et spirituelle.


Alfons Mucha

Le 24 juin 2009

Une rétrospective consacrée à Alfons Mucha, le plus célèbre représentant de l'Art Nouveau.
 Catalogue d'exposition : Alfons Mucha, éditions Somogy