Sineangulo

Exposition collective

Publié le vendredi 12 juin 2015



DU SAMEDI 4 JUILLET AU VENDREDI 24 JUILLET 2015 Vernissage le samedi 4 juillet de 17h à 21h


Artistes exposés :

Salima Abdel-Wahab, Aziz Amrani, Laone Boaz, Stefan Bohnenberger, Charley Case, Najib Cherradi, Emilio Gallego, Robin Kolleman, Sandra López Rodriguez, Fernando Malo, Michy Mano, Esteban Moulin, Maria Emilia Nerla, Rafiy Okefolahan, Theo Ronse, Frédéric Tomaltcheff, Jérôme Ugille, Toma Wa, Youssef el Yedidi

Dans la perspective de son engagement pour un art interrogateur, questionnant la nature humaine, la Galerie Vanessa Quang invite les membres de Sin È Angulo à concevoir l'exposition collective regroupant des artistes d'horizons divers.

L'exposition fait écho au projet créé par la résidence d'artistes Caza d'Oro qui a initié le musée nomade de Sin È Angulo, appelé « Muzoo », installé en Ariège au Mas d'Azil durant trois mois en 2013. Sin È Angulo aspire à déplacer son musée ambulant du Sud au Nord, du Maroc à l'Angleterre. Le fruit des ventes éventuelles servira à financer ce projet de vivre et créer avec les nomades de l'Atlas.

Le collectif s'est emparé de Sineangulo, terme à la définition duale, afin de désigner leur état d'esprit singulier. « Sineankoulo » se traduit par « pieds nus » en bambara, et « sin ángulo » signifie également "sans angle" en espagnol. Sineangulo correspond à leur aspiration pour un art entre transformation et transmission : instinctif et humble. Ils prônent une idée de simplicité en parallèle d'une volonté de reconsidérer les formes originelles et organiques. Ce projet s'inscrit dans la réalité du monde en opposition avec la prépondérance croissante de l'univers virtuel.

Le collectif regroupe plusieurs artistes nomades à la recherche d'une symbiose entre l'art primitif et les pratiques contemporaines ; en quête de la découverte de l'existentialité de l'homme à travers son animalité et sa naturalité. Finalement, Sineangulo correspond d'avantage à une manière de créer qu'à un groupe. Sa philosophie est que chacun est un artiste et que toute rencontre est l'occasion d'un partage créatif de pratiques et d'expériences personnelles.

La scénographie surprenante de l'exposition répond à une logique singulière faisant appel à la curiosité du spectateur, défendue par le collectif. En effet, aucune oeuvre n'est accrochée aux murs, tout est suspendu ou posé au sol, comme si les murs n'existaient plus. Certaines oeuvres seront également créées in situ par les artistes.


Légende et crédit photographique :

Sin È Angulo, Shoes shop, Installation, Dimensions variables, 2015.

© Courtoisie Sin È Angulo et GVQ - Galerie Vanessa Quang


Imprimer cet article