Shoji Ueda (1913-2000), une ligne subtile

Paris, Maison européenne de la photographie (16 janvier - 31 mars 2008)

Publié le Friday 01 February 2008



Célèbre pour ses étranges mises en scène de personnages dans les dunes, dont le charme et l'invention n'ont pas d'équivalent dans l'histoire de la photographie.


Le reste de l'oeuvre de Shoji Ueda, qui évolue en marge des traditions documentaires et réalistes, est plus mal connu, du moins en dehors du Japon, ce que cette exposition entend réparer en présentant, sous forme thématique, une rétrospective de son parcours photographique.

Shoji UedaAutoportrait à minuit, 1949 © Shoji Ueda Office, Tokyo, Japon
Shoji Ueda
Fils d'une famille d'artisans, Shoji Ueda découvre la photographie vers 1928. Il a 16 ans lorsque son père lui offre un Vest-Pocket Kodak. Egalement attiré par la peinture, il poursuit néanmoins la photographie sur les conseils de ses parents et part étudier à l'Oriental School of Photography de Tokyo. Lorsqu'il revient dans sa ville natale de Sakaiminato, il ouvre un studio et exercere dès lors la photographie comme activité commerciale.

"Shoji Ueda est né dans une région qu'il ne va pour ainsi dire jamais quitter, et c'est un aspect original de son oeuvre : elle se nourrit d'éléments visuels recueillis dans un périmètre limité". Gabriel Bauret, commissaire de l'exposition.

Simple artisan, il devient amateur en participant à des concours organisés par les magazines et en rejoignant des associations de photographes amateurs. Dans les années 1930, il découvre dans le magazine anglais Modern Photography les photos réalisées par les avant-gardistes européens comme Man Ray ou Emmanuel Sougez. Il se livre alors comme eux à des recherches et à ses propres expériences, qu'il poursuivra toute sa vie.

Shoji UedaQuatre filles, 1939 © Shoji Ueda Office, Tokyo, Japon
Shoji Ueda
C'est en 1939 qu'il découvre son univers avec une de ses plus célèbres photos "Quatre filles". Celle-ci retient la poésie naturelle des dunes et la mise en scène du photographe dans le paysage. La guerre vient interrompre cet élan et Shoji Ueda ne pense plus jamais pouvoir photographier de la même manière. Pourtant lorsqu'il revient à la photographie, c'est naturellement vers les dunes qu'il retourne, celles-ci deviendront son atelier naturel.

"Il développe et diversifie son travail au milieu des dunes, il va parfaire son art de la mise en scène, laissant l'improvisation et la spontanéité s'en mêler. Sa partique de la photographie est par ailleurs étroitementa ssociée à la vivacité de son regard et à son esprit ludique. Poésie et humour habietent ses images dont les qualités sont reconnues dès la fin des années quarante. Si bien qu'il est considéré aujourd'hui au Japon comme l'un des photographes les plus brillants de son siècle."

Commissariat d'exposition : Gabriel Bauret, commissaire indépendant et WilliamA. Ewing, directeur du musée de L'Élysée, Lausanne.

L'exposition a été produite par le Musée de l'Élysée, Lausanne, Suisse en collaboration avec le Shoji Ueda Museum of Photography, Tottori, Japon.

Parallèlement à l'exposition, la galerie Camera Obscura présente Shoji Ueda et Jacques-Henri Lartigue, du 25 janvier au 22 mars 2008 (268 bd Raspail - 75014 Paris).

Maison Européenne de la photographie (16 janvier - 30 mars 2008), 5/7 rue de Fourcy - 75004 Paris. Tel : 01 44 78 75 00. Ouvert tous les jours de 11 heures à 20 heures, sauf les lundis, mardis et jours fériés. Métro: Saint Paul ou Pont Marie.

> Catalogue de l'exposition : Une ligne subtiles, Shoji Ueda, éd. In Folio.


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris

Vos annonces
Mots clés

PayPal