Le général de Beylié (1849-1910), collectionneur et mécène au musée de Grenoble

Une exposition présentée au Musée de Grenoble (3 juillet 2010 - 9 janvier 2011)

Publié le vendredi 10 septembre 2010



Le général de Beylié reste par ses dons d'une exceptionnelle richesse, le plus important mécène que le musée ait connu. L'exposition restitue toutes les facettes d'un personnage complexe, et donne à voir la grande diversité et la richesse des collections constituées par ce militaire amateur d'art et collectionneur impénitent.


C'est tout un monde et l'imaginaire d'une époque qui apparaissent à travers ces oeuvres et ces objets, la fin du XIXe siècle, éprise d'exotisme et avide de découvertes et dont Léon de Beylié est un pur produit.

Francisco de Zurbaran (1598-1664)L'Annonciation, 1638-1639. Huile sur toile (c) Musée de Grenoble
Francisco de Zurbaran (1598-1664)
Ses choix révèlent une curiosité insatiable et participent parfois des démarches ethnographiques qui émergent alors. Ils traduisent également son désir de partage et de transmission des connaissances.

Grâce à lui, non seulement un ensemble de peintures et de sculptures de très haute qualité entra dans les collections, mais aussi des pièces d'archéologie antique et près de deux mille oeuvres et objets provenant d'Extrême-Orient.

La quasi-totalité de cette collection est à redécouvrir car elle fut entreposée au début des années 1970 dans les réserves du musée. Le général de Beylié demeura dès lors seulement associé aux quatre tableaux de Zurbarán conservés à Grenoble et qui sont, à juste titre, considérés comme un des sommets de la collection d'art ancien du musée

L'exposition propose deux parcours : un premier au travers des collections permanentes pointe toutes les oeuvres d'art occidental que le général de Beylié acquit pour les offrir au musée.

Masque nôJapon, 2nde moitié XIXe siècle. Bois peint (c) Musée de Grenoble
Masque nô
Le second parcours offre de vraies découvertes. A travers l'évocation de la vie et de la personnalité du général de Beylié, on aborde tour à tour sa carrière militaire, son goût pour les armes exotiques comme pour le mobilier indochinois. Les témoignages de sa passion pour l'archéologie, ses recherches en Algérie (sur le site de la Kalaa des Beni Hammad) mais aussi en Asie, là où ses missions militaires le mèneront, et où il mettra à profit son temps libre pour conduire des fouilles (en Birmanie), effectuer des relevés photographiques (Angkor), ou écumer les marchés et les brocanteurs pour glaner les témoignages d'un artisanat en voie de disparition ( Indochine) .

Cette frénésie de découvertes artistiques et culturelles comme de voyages s'accompagne de nombreux achats car il aime par-dessus tout « bibeloter ». L'aménagement de ses appartements successifs montre à l'évidence un goût pour l'orientalisme de son temps et pour l'accumulation, qui semble chez lui particulièrement développé.

Les autres étages de la tour de l'Isle accueilleront des ensembles de céramiques de Chine et du Japon, des bronzes ou encore des objets réunis autour des thèmes de la musique et du théâtre. Enfin, un niveau sera réservé à la statuaire religieuse, avec une suite très originale Chinois âgé, Vietnam, début XXe siècle, de statues de Bouddha.

Commissariat de l'exposition : Guy Tosatto, conservateur en chef, directeur du musée de Grenoble et Danielle Bal, conservateur au musée de Grenoble

Informations pratiques

 Le général de Beylié (1849-1910), collectionneur et mécène (3 juillet 2010 - 9 janvier 2011)

 Musée de Grenoble, 5 place de Lavalette au 38000 Grenoble.

 Horaires : Ouvert tous les jours de 10h à 18h30, sauf le mardi.

 Plein tarif : 5 €. Tarif réduit 3 €. Tarif étudiant : 2 €.

 Catalogue de l'exposition "Le général de Beylié (1849-1910), collectionneur et mécène ", éditions 5 Continents


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions en régions

Voir tous les articles de la rubrique Expositions en régions