Warning: Use of undefined constant MCRYPT_RIJNDAEL_128 - assumed 'MCRYPT_RIJNDAEL_128' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /var/www/dessinoriginal.com/classes/Rijndael.php on line 124
Fastes de Cour et cérémonies royales - Expositions à Paris- DessinOriginal.com

Fastes de Cour et cérémonies royales

Château de Versailles : du 31 mars au 28 juin 2009

Publié le mercredi 01 avril 2009



Dans le cycle des expositions qui évoquent la vie de cour aux XVIIe et XVIIIe siècles, le Château de Versailles présente pour la première fois, plus de 200 oeuvres (costumes, joyaux, iconographie) liées à des monarchies européennes prestigieuses. Les costumes qui y sont présentés évoquent à la fois les circonstances fondatrices de la monarchie, de la vie des monarques européens et de leurs courtisans, (sacre, couronnement et cérémonies d'Ordres royaux), mais également des circonstances prestigieuses qu'on retrouve dans toutes les cours comme les mariages.


Robe parée : robe et jupe, 1780-1790© Canada, Toronto, Royal Ontario Museum
Robe parée : robe et jupe, 1780-1790
Prévoir en France une exposition sur le costume de cour des XVIIe et XVIIIe siècles relevait d'une gageure car il ne subsiste ici que très peu de vêtements dits de cour. L'absence d'une volonté politique de préserver les costumes de souverains au même titre que leurs collections d'art est la raison principale de ce manque en France. A cela s'ajoute qu'au XVIIIe siècle, l'usage voulait que rois et reines "réforment" leurs habits de l'année qui finissaient le plus souvent revendus chez les fripiers parisiens.

Le costume de cour européen se singularise par un certain nombre de vêtements similaires attachés à des circonstances curiales universelles, sacre et couronnement, cérémonies d'ordre, mariage, festivités et leur soumission au formalisme de l'Étiquette de la cour. Comme le rappelle Jean-Jacques Aillagon, Président du Château de Versailles, "le costume de cour ne servait qu'accessoirement à vêtir. Il était fait pour signifier, pour concourir à cette liturgie dont le souverain était à la fois l'objet et l'acteur, et qui visait à souligner en sa personne, la prééminence du corps immortel du roi sur le corps mortel du prince qui régnait."

Ce vestiaire, uniformisé par les circonstances, est également unifié par l'influence primordiale de la mode française. Cette influence est le fil rouge de l'exposition, matérialisée par des costumes confectionnés en France, des étoffes et des agréments exportés de Paris et des formes vestimentaires reprises de la mode française.

Habit de mariage de Gustave III. 1766 Ce sont le luxe des matériaux, des étoffes, des broderies, des dentelles, des passementeries et l'accumulation des joyaux et des pierreries, qui font que les vêtements de cour s'adaptent à telle ou telle circonstance. Le costume s'impose ainsi comme une vitrine du commerce de luxe, dont il emploie les innovations techniques et esthétiques.

Avec la montée en puissance de la mode et le renouvèlement accéléré des formes vestimentaires, le costume de cour évoluera vite. Cependant, les nombreuses commandes royales européennes, passées à Paris, attestent du rayonnement de la France et de son influence. Et comme le souligne Karl Lagerfeld : "Le costume de cour a connu son âge d'or sous Louis XIV. Versailles est donc le lieu idéal et magique pour montrer la mode d'un monde et d'un mode de vie impossibles à imaginer aujourd'hui."

Oeuvres présentées :

Le Victoria & Albert Museum, le Palais Pitti à Florence, le musée du Louvre, le musée Galliera, les Arts Décoratifs, les Archives nationales, ainsi que des collectionneurs privés ont accepté de prêter leurs oeuvres. Les collections royales de Londres, de Dresde, du Danemark (château de Rosenborg), de Suède (Livrustkammaren), du Portugal (Palais d'Ajuda), mais aussi les collections impériales de Vienne (Kunsthistorisches Museum), des tsars de Russie (musée de l'Ermitage), et de la Cathédrale de Cologne seront pour la première fois présentées en dehors de leur pays d'origine.

Commissariat d'exposition :

L'exposition est organisée par l'Établissement public du musée et du domaine national de Versailles avec la collaboration de Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris.

 Commissaire général : Pierre Arizzoli-Clémentel, Directeur Général de l'Établissement public du musée et du domaine national de Versailles.

 Commissaire adjoint : Pascale Gorguet Ballesteros, Conservateur en chef du patrimoine à Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris.

Informations pratiques :

Lieux d'exposition : Etablissement public du musée et du domaine national de Versailles. Salles d'Afrique et de Crimée du château de Versailles
Tél. 01 30 83 78 00
www.chateauversailles.fr
www.fastesdecour.chateauversailles.fr

Moyens d'accès

 SNCF Versailles-Chantier (départ Paris Montparnasse)

 SNCF Versailles-Rive Droite (départ Paris Saint-Lazare)

 RER Versailles-Rive Gauche (départ Paris Ligne C)

 Autobus 171 Versailles Place d'Armes (départ Pont de Sèvres)

Accès handicapés : Les personnes à mobilité réduite peuvent se faire déposer en voiture ou en taxi à proximité de l'entrée H dans la cour d'Honneur.

Horaires d'ouverture :
L'exposition est ouverte tous les jours sauf le lundi de 9h00 à 18h30 (dernière admission à 18h00)
Tarifs : 15 € (château + exposition), tarif réduit 11,50 €. Visites libres. Renseignements au 01 30 83 78 00


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions à Paris

Voir tous les articles de la rubrique Expositions à Paris