Réalités d'un monde, peintures hollandaises et flamandes du XVIIe siècle

Strasbourg, musée des Beaux-arts de Strasbourg (du 13 février au 12 juillet 2009)

Publié le vendredi 27 février 2009



Le choix du commissaire d'exposition a été d'illustrer la particularité des artistes nordiques « d'aimer ce qui ressemble », de s'insérer directement dans le réel pour transmettre une certaine manière de voir les choses et de comprendre le monde.


Salomon van Ruysdael (Naarden, 1600-1603 - Haarlem, 1670)Paysage fluvial, huile sur bois (c) Strasbourg, Musée des Beaux-arts
Salomon van Ruysdael (Naarden, 1600-1603 - Haarlem, 1670)
« Réalités d'un monde » présente les portraits (Codde, Musscher, Van Dyck), les scènes de genre (De Hooch, Moleaner, Boursse, Téniers, Steen), les paysages (Ruysdael, Van Goyen, Wouwerman, D'Arthois), les marines (Van de Velde, Vlieger, Verschuier), d'artistes hollandais et quelquefois flamands.

À cette présentation a été adjoint un petit ensemble d'oeuvres qui forme l'autre aspect de la réalité, comme une autre scène, représentant la réflexion sur ce monde et sur l'autre : une Vanité évocatrice, les intérieurs d'église (De Witte, Neefs, De Man) genre éminemment hollandais, un étrange portrait d'homme, attribué aujourd'hui à Gérard Dou où le grand âge est visiblement associé à un retour sur soi.

Emanuel de Witte (Alkmaar, v. 1617 - Amsterdam, 1691-1692)Intérieur de la Oude Kerk d'Amsterdam, huile sur bois (c) Strasbourg, musée des Beaux-arts
Emanuel de Witte (Alkmaar, v. 1617 - Amsterdam, 1691-1692)
Cette sélection a été réalisée à partir d'un ensemble, parmi les plus importants conservés en France, d'un peu plus de deux cents peintures. Une cinquantaine de tableaux date des XVe et XVIe siècles. La collection de peintures du Siècle d'or hollandais du Musée des Beaux-Arts compte une centaine d'oeuvres et l'école flamande est représentée par les artistes Rubens, Jordaens, Van Dyck.

L'exposition présentée dans la galerie Heitz est centrée sur les peintures du XVIIe siècle, le reste de la collection peut être admiré dans les salles du musée.

La collection frappe par sa qualité, la plupart des écoles régionales y sont représentées et tous les genres y sont abordés : peintures d'histoire, paysages, scènes de genre, portraits. Il faut signaler un ensemble important de natures mortes réalisées par certains des meilleurs spécialistes de ce genre.

Hans Memling (Selingenstadt, v. 1430-1440 - Bruges, 1494)Polyptique de la Vanité terrestre et de la Rédemption céleste, détail, vers 185, huile sur bois (c) Strasbourg, musée des Beaux-arts
Hans Memling (Selingenstadt, v. 1430-1440 - Bruges, 1494)
Une vaste campagne de restauration a été menée en amont, permettant à plus de soixante peintures de retrouver leur éclat. Ces travaux ont été précieux pour les chercheurs, leur permettant une meilleure lisibilité des techniques et des manières de peindre, et parfois des attributions sans équivoque comme celles du Leemans, du De Jongh et du Casteels, lorsque des signatures furent mises à jour. Ils réservèrent aussi quelques surprises comme l'apparition du généreux décolleté de Pomone, qui avait été recouvert par un repeint « de pudeur » sur la toile de Caspar Netscher, et d'un chat attaquant une poule, dans la Nature morte au paon de David de Coninck, masqués auparavant d'une ombre noire.

Les expositions temporaires et les catalogues qui les accompagnent forment l'essentiel de la vie « visible » des musées. Or l'une de leurs missions premières est de publier les collections qu'ils conservent pour les rendre disponibles aussi bien au connaisseur qu'à l'amateur.

Le catalogue scientifique qui accompagne l'exposition s'inscrit dans ce cadre. Il précise l'histoire des oeuvres, leurs parcours éventuels dans diverses collections européennes, leurs modes d'entrée au musée (achat, legs, donation ou dépôt), et les personnes qui en furent à l'origine. Il donne aux lecteurs toutes les informations et analyses possibles, leur permettant plusieurs approches de lecture, que ce soit le style des oeuvres, leur inscription dans la carrière d'un artiste, l'iconographie, le marché de l'art, l'histoire du musée ou encore l'Histoire.

Commissaire d'exposition: Michèle Lavallée, Conservatrice du Patrimoine au Musée des Beaux-Arts.

Informations pratiques

 Palais Rohan : 2, place du Château, Strasbourg

 Tél. 03 88 52 50 00

 Horaires : Horaires : Lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 12h à 18h. Samedi et dimanche de 10h à 18h. Fermé le mardi

 Tarifs (musée + exposition à la Galerie Heitz) : Tarif normal : 6 euros, Tarif réduit : 3 euros, Gratuité : moins de 18 ans

 Catalogue d'exposition : Peinture flamande et hollandaise XVe - XVIIIe siècle, Editions du Musée de Strasbourg.


Imprimer cet article

Dans la même rubrique
Expositions en régions

Voir tous les articles de la rubrique Expositions en régions