Lettre d'information

La Chapelle royale de Versailles. Le dernier grand chantier de Louis XIV

Editions Arthena - Ouvrage relié - 392 pages - Textes en Français - Publié en 15/11/2011

Théâtre de la dévotion royale, cadre privilégié de la vie de cour, la chapelle royale du château de Versailles occupe aussi une place importante dans l’histoire de l’art pour son architecture, sa décoration et son mobilier.

Expédié sous 3 à 6 jours

93,84 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence LIV_9782903239466
Editeur(s) Arthena
Format Ouvrage relié
Nb. de pages 392
Langue Français
Dimensions 320 x 240
Technique(s) 869 illustrations, dont plus de 350 en couleurs
Date parution 15/11/2011

Malgré une abondante bibliographie concernant Versailles, seul le recueil de Pierre de Nolhac, publié en 1912, a, jusqu’à présent, fourni la reproduction du décor peint et sculpté. L’édifice fut par ailleurs mal jugé par plusieurs générations d’historiens de l’art, qui y virent l’affirmation d’un art ultramontain aux dépens des traditions de l’école française et l’affaiblissement du grand style louis-quatorzien.

À l’écart du parcours de visite du château, la chapelle royale de Versailles, superbe illustration du génie de Jules Hardouin-Mansart, reste encore aujourd’hui injustementméconnue. Attendu de longue date, le présent ouvrage la révèle enfin intégralement au public.

Avant d’être inauguré en 1710, le somptueux édifice que nous connaissons a fait l’objet d’une lente élaboration, dont les quatre chapelles qui l’ont précédé ont marqué lesprincipales étapes, outre les nombreux projets envisagés dès les années 1680. D’abondantes sources constituées de comptes, devis, correspondances, etc., permettent de retracer ce qui fut l’un des chantiers majeurs de Versailles, entrepris dès 1687 et mené à terme par la volonté expresse de Louis XIV, et d’en discerner les enjeux architecturaux.

Concepteur de l’édifice, son principal maître d’oeuvre, mais aussi, à partir de 1699, son maître d’ouvrage, Hardouin-Mansart fit en effet de la chapelle de Versailles un manifested’une architecture moderne et gallicane, référence consciente à l’héritage de la Sainte-Chapelle et à la Colonnade du Louvre, l’une des plus prestigieuses réalisations du règne.

Le décor représenta aussi une entreprise particulièrement ambitieuse, mobilisant une dizaine de peintres, notamment Antoine Coypel, Charles de La Fosse et Jean Jouvenet, et plus d’une centaine de sculpteurs, parmi lesquels des talents aussi brillants et divers que les frères Nicolas et Guillaume Coustou, François-Antoine Vassé, Corneille Van Clève, Robert Le Lorrain ou encore Jules Degoullons et son équipe de sculpteurs ornemanistes. Tous ces artistes donnèrent le meilleur d’eux-mêmes pour concevoir et réaliser un programme iconographique au service de l’énoncé du dogme catholique, illustrant également la fonction royale de l’édifice et reflétant certains débats ecclésiologiquesou doctrinaux.

L’extraordinaire mobilier réalisé pour cette chapelle mobilisa aussi de nombreux talents : en grande partie disparu depuis la Révolution, il est connu par les sources anciennes, et notamment de précieux relevés. Ces derniers concernent notamment les confessionnaux, le prie-Dieu du roi, ainsi que les oratoires en lanterne qui étaient situés de part et d’autre de la tribune royale. D’autres éléments, et non des moindres, subsistent sur place, comme l’admirable buffet d’orgue, installé à un emplacement étonnant et dont le relief du roi David contribue à exalter la fonction sacrale de la royauté.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus