Catalogue Heures italiennes, XIVe-XVIIIe siècles. Trésors de la peinture italienne en Picardie

Peinture italienne - Editions Snoeck - Ouvrage broché - 382 pages - Textes en Français

« Heures italiennes » propose une exploration inédite des collections publiques de peinture italienne conservées dans les musées et dans les églises de Picardie. En 2017, 4 expositions présentent le résultat de ce travail, à Amiens, Beauvais, Chantilly et Compiègne.

39,00 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Ajouter à mes favoris

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis

Noter / écrire un commentaire
Référence LIV_9789461613059
Artiste-Genre Peinture italienne
Auteur(s) Sous la direction de Nathalie Volle, Christophe Brouard
Editeur(s) Snoeck
Format Ouvrage broché
Nb. de pages 382
Langue Français
Dimensions 300 x 240
Date parution 2017
Musée Amiens, Musée de Picardie. Chantilly, Musée Condé. Beauvais, MUDO-Musée de l’Oise. Compiègne, Musée national du Palais

Catalogue de l'exposition « Heures italiennes »présentée dans les musées d'Amiens (10 mars – 2 juillet 2017), Beauvais (27 avril – 17 septembre 2017), Chantilly (24 mars – 2 juillet 2017) et Compiègne (9 mars – 21 août 2017).

Un voyage dans l’art italien, des Primitifs au Rococo : 231 tableaux prêtés par 13 musées et 11 églises permettent de saisir l’ampleur et la qualité des collections picardes, à travers les grands foyers de création artistique, du XIVe au XVIIIe siècle.

- Amiens, Musée de Picardie Les Primitifs (XIVe-XVe siècles)

- Chantilly, Musée Condé La Renaissance (XVIe siècle)

- Beauvais, MUDO-Musée de l’Oise et Quadrilatère Le Naturalisme et le Baroque (XVIIe siècle)

- Compiègne, Musée national du Palais Peintures du XVIIIe siècle

Les oeuvres présentées ont été majoritairement commandées pour prendre place dans des édifices religieux. Elles y remplissaient un rôle de supports d'images sacrées, destinées à orienter la dévotion des fidèles et à contribuer à leur édification, en leur proposant des modèles de vie, en complémentarité des représentations figurant sur les vitraux, ou sculptées.

En réponse à la Réforme protestante et à la crise iconoclaste qui l'accompagna, le concile de Trente (1545-1563) encouragea vivement la production « d'images ». L'Église exerça toutefois un strict contrôle de la production artistique afin de parer toute dérive hérétique ou toute inconvenance, et veilla aussi à ce que les images ne devinssent pas cause d'idolâtrie.

Le peintre, qu'il fût illustre ou obscur, répondait à la demande précise d'un commanditaire, pour un lieu donné, sur un sujet, voire un motif imposé. Parmi tous les tableaux d'église, la part des oeuvres italiennes, originaux et copies de qualité, n'est pas négligeable : c'est dans l'extrême sud et l'extrême nord de la Picardie - l'Oise et la Thiérache - que l'on en constate la présence la plus significative.

Quatorze expositions satellites accompagnent ces présentations, afin que ressortent la diversité et la complémentarité des collections régionales. Plusieurs établissements à Abbeville, Amiens, Cambrai, Chaalis, Chantilly, Compiègne, Dunkerque, La Fère, Laon, Senlis et Soissons se sont associés à l’événement en présentant une exposition à partir de leurs collections.

Le Louvre-Lens clôture la manifestation en proposant un regard croisé inédit sur les collections italiennes de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, dans l’espace du Pavillon de verre dont la vocation est d’offrir une vitrine à la vitalité muséale du territoire.

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus