Lettre d'information

Fresques italiennes de la Renaissance (1470-1510)- Tome 2

Fresques italiennes de la Renaissance - Editions Citadelles & Mazenod - Relié toile sous jaquette et étui illustrés - 472 pages - Textes en Français - Publié en 1997

Ce second volet de la publication consacrée à l'art de la fresque dans l'Italie de la Renaissance permet au lecteur de découvrir dix-sept chefs-d'oeuvre échelonnés entre 1470 et 1510 depuis le val d'Aoste vers Mantoue, Bologne, Florence, Sienne, San Gimignano, Pérouse, Orvieto jusqu'à Rome

Produit indisponible

179,15 €

Livraison à 0,01€ dès 29€ d'achat (France métropolitaine)

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Référence 9782850881350
Artiste-Genre Fresques italiennes de la Renaissance
Editeur(s) Citadelles & Mazenod
Format Relié toile sous jaquette et étui illustrés
Nb. de pages 472
Langue Français
Dimensions 330 x 280
Technique(s) 350 en couleur et 38 en noir et blanc
Date parution 1997
Poids 1.058

Les plus grands artistes de l'Italie du XVe siècle : Mantegna, Ghirlandaio, Botticelli, le Pérugin, Pinturicchio, Signorelli...

Cette période voit l'invention de la perspective centrale, conquête décisive, grâce à laquelle l'artiste peut traiter les personnages, les édifices, les objets et les paysages d'une façon qui paraît correspondre au monde réel. Elle voit aussi la naissance du trompe-l'oeil : murs et plafonds sont transformés en univers fictifs ; le spectateur a l'illusion qu'il pourrait entrer de plain-pied dans le monde des images. Enfin, on assiste dans les deux dernières décennies à l'apogée du décor ornemental.

Un monde foisonnant de formes et d'images envahit tous les espaces libres autour des scènes. L'art des grotesques en particulier est exploité par les grands maîtres qui trouvent là l'occasion de laisser libre cours à leur créativité.

Cette époque unique s'achève dans le bouleversement politique des cités-États qui suivit la mort de Laurent le Magnifique et l'invasion de l'Italie par Charles VIII. Désormais, Rome supplante Florence dans son rôle de phare artistique incontesté. L'hégémonie de la ville éternelle met fin à la floraison artistique des cours princières qui ont donné à l'art du XVe siècle sa vie et son prestige, ce dont les cycles rassemblés dans ce volume témoignent avec éclat.

Avis

Soyez le premier à donner votre avis !

Produits déjà vus